Accueil > Vous plaisantez, Monsieur Tanner

Critiques / Comédie & Humour

Vous plaisantez, Monsieur Tanner

par Marie-Laure Atinault

Les travaux chez soi, sont-ils l’antichambre de l’enfer ?

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Si vous n’avez jamais eu des travaux chez vous, vous penserez que ce spectacle « galège ». Si vous avez déjà subi le chemin de croix des corps de métier chez vous, vous rirez des malheurs de Monsieur Tanner.
Avant de rencontrer ce notaire, Paul Tanner était un homme heureux qui tel Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, vivait tranquillement. En acceptant l’héritage de la maison familiale, il met le doigt dans l’engrenage abyssale des travaux ; une vie de chantier entre bâches, échelles et échafaudages. Un emploi du temps tributaire des horaires et des venues aléatoires d’ouvriers sadiques qui vous font lever aux aurores pour venir deux jours plus tard, enfin quand ils viennent !
Monsieur Tanner collectionne des arnaqueurs, des récidivistes de la soudure mal soudée, des électriciens extrémistes, des hooligans de la toiture. Pauvre Tanner, nous rions de ses malheurs, de peur d’être nous-mêmes frappés par cette omerta d’ouvriers calamiteux. De temps en temps il est touché par la grâce de vrais, de bons artisans, des amoureux du bel ouvrage. A-t-il gardé leurs coordonnées ?
Tanner se bat la coulpe : pourquoi a-t-il accepté cet héritage ? A moins que les travaux chez lui soient l’antichambre de l’enfer ?

Le roman de Jean-Paul Dubois a été publié en 2006, son texte est un petit chef d’œuvre d’humour grinçant comme une scie, percutant comme un marteau, inquiétant comme un texte de Kafka.
David Teysseyre a conçu une mise en scène digne des compagnons du tour de France, tuyaux inquiétants, échafaudages instables, interrupteurs facétieux, le pauvre Tanner est cerné par un monde en déséquilibre comme un château de cartes. Les objets sont détournés de leur utilisation ainsi le pommeau de douche devient un téléphone, etc.…Mille trouvailles sèment le chantier de Tanner comme un jeu de piste infernal. Admirablement réglée, la mise en scène est le partenaire implacable de l’extraordinaire Roch-Antoine Albaladejo. Il joue tous les rôles de Tanner à ses tortionnaires, créant des personnages haut en couleurs, frisant la folie ou l’abattement, sa performance est d’une architecture sans faille.

D’après le roman de Jean-Paul Dubois, adaptation, mise en scène et scénographie de David Teysseyre, avec Roch-Antoine Albaladejo.
Théâtre des Déchargeurs du mardi au samedi à 19h30. Tel : 08 92 70 12 28

Première publication le vendredi 24 juillet 2009 dans le cadre du festival OFF d’Avignon

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.