Accueil > Un songe d’une nuit d’été d’après Shakespeare

Critiques / Théâtre

Un songe d’une nuit d’été d’après Shakespeare

par Gilles Costaz

Du côté des fées

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un songe (et non pas Le Songe) d’une nuit d’été, tel que le présente Antoine Herbez, dans une adaptation de Wajdi Lahami, au théâtre 14, change agréablement les règles du jeu tout en restant dans un esprit shakespearien. Le principe premier de l’opération consiste à transformer la féerie en petite comédie musicale, en intégrant les chants et la musique de The Fairy Queen de Purcell, qui est un opéra tiré du Songe. Le second principe est d’alléger le texte (et le nombre de personnages) en se situant du côté des êtres supranaturels. Obéron et Tatiana sont les personnages principaux et les Athéniens, Hermia, Démétrius et les autres, sont saisis dans le climat de conte de fées pour n’être plus que des passants au lieu d’être des protagonistes : voilà des citadins qui se dissolvent dans la beauté du monde des rêves et les manipulations des génies. On est donc uniquement dans le « songe », le fantastique, la dimension des pulsions et des folies. Athènes disparaît, il n’y a plus que la forêt !
Là où d’autres équipes seraient tombés dans les clichés de la joliesse pure, Herbez fait preuve, au contraire, de beaucoup de goût. Le décor, morcelé, glissant, de Charlotte Villermet, est silvestre et géométrique, tout en évoquant l’Art nouveau. Les acteurs savent à la fois jouer en français et chanter en anglais. Oriane Moretti et Maxime de Toledo sont de séduisants Titiana et Obéron. En Puck, Francisco Gil est d’une lourdeur légère et savoureuse. Il nous manque quand même Bottom et quelques personnages, mais le charme est au rendez-vous. La compagnie Ah, créée en l’an 2000, devient l’une des équipes dont on attendra beaucoup à l’avenir.

Un songe d’une nuit d’été d’après Shakespeare, musique et chants de Henry Purcell, adaptation de Wajdi Lahami, mise en scène d’Antoine Herbez, direction musicale de Didier Benetti, scénographie de Charlotte Villermet, costumes de Madeleine Lhopitalier, lumières de Fouad Souaker, chorégraphies de Claire Faurot, chef de chant Ernestine Bluteau, avec Oriane Moretti, Maxime de Toledo, Francisco Gil, Ariane Brousse, Laetitia Ayrès, Jules Dousset, Yvan Herbez, Victorien Disse, Alice Picaud, Marie Salvat.

Théâtre 14, tél. : 01 45 45 49 77, jusqu’au 1er juillet. (Durée : 1 h 35).

Photo Laurencine Lot.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.