Accueil > Un roi sans réponse de Jen-Baptiste Puech

Critiques / Jeune Public

Un roi sans réponse de Jen-Baptiste Puech

par Gilles Costaz

Le plaisir sensuel du conte

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

« A l’origine de la création de Un roi sans réponse, il y a un désir de voyage, dit Jean-Baptiste Puech. Voyage dans le sens plein d’un « déplacement » qui entraîne la découverte, l’adaptation et la transformation du voyageur, ici évidemment le spectacle. Tout le dispositif de la pièce a été pensé pour que ce conte tiré de la légende du Roi Arthur, rapporté jusqu’à moi, à Paris par un conteur africain, poursuive sa route et se métamorphose encore et encore au gré de ses pérégrinations. »
Travaillant pour le théâtre des mal-entendants de Paris, Puech part donc d’un épisode du cycle du roi Arthur pour composer un spectacle conçu pour un comédien sourd, Olivier Calcada, et pour deux conteurs – l’un s’exprimant avec sa voix, l’autre par le langage des signes -, avec le rôle très important de la musique et de ses vibrations – Patrick Rabillé jouant de divers instruments en direct. Un roi égaré entre dans un autre royaume où le souverain, fort méchant, pose la question : que faut-il dire aux femmes qui soit la vérité ? (C’est à peu près cela, nous citons de mémoire). La réponse sera longue à trouver, mais elle sera belle et juste.
Les contes charrient parfois des messages qui sont trop beaux pour qu’on croie totalement à leur vérité sur terre. C’est le cas de la phrase-clé d’Un roi sans réponse. Mais peu importe. La beauté du spectacle vient de la concordance de beaucoup d’éléments qui se conjuguent avec nervosité : le jeu de chaque interprète à la fois récitant et moteur de l’action, la musique de Rabillé au rythme très cardiaque, la projection d’images abstraites faites à partir d’éléments manipulés à vue et dans lesquelles s’inscrivent les passages de la silhouette de l’acteur unique. Ce court moment s’adresse habilement à toutes nos cordes sensibles !

Un roi sans réponse, écriture et mise en scène Jean-Baptiste Puech, conseillère artistique LSF Emmanuelle Laborit / Lumière Luc Pagès / Musique Patrice Rabillé, avec Olivier Calcada, Erwan Courtioux, Robert Hatisi, Luc Pagès, Jean-Baptiste Puech et Patrice Rabillé.

IVT International Visual Theatre, tél. : 01 53 16 18 18, jusqu’au 15 décembre. Tout public à partir de 7 ans. (Durée : 55 minutes).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.