Accueil > To be or not to be Hamlet de Charlotte Rondelez

Critiques / Théâtre

To be or not to be Hamlet de Charlotte Rondelez

par Gilles Costaz

Pleins feux sur le prince du Danemark

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur une aire étroite surgit une série de personnages qui se débattent avec le mythe d’Hamlet dans la précipitation d’une comédie débridée. Les variations sur la pièce la plus célèbre du monde sont multiples. Pour faire du nouveau, Charlotte Rondelez, avec To be Hamlet or not to be, n’a pas manqué de culot et l’on résumera difficilement sa contribution délirante à la saga des créations post-shakespeariennes. Voici le prince du Danemark qui n’est plus tout à fait un héros mais un craintif qui n’en peut plus d’être poursuivi par Polonius. C’est un jeune homme d’aujourd’hui qui n’a pas envie d’aller au travail. Mais cet Hamlet, est-ce bien lui ou un comédien qui joue son rôle ? Et où est passé Shakespeare qu’on appelle en vain ? Notre homme part à la recherche de ses origines, déjà fatigué par l’ampleur de sa quête. Des créatures surgissent, étranges, qui embrouillent sa pensée au lieu de l’éclairer : des hommes inquiétants et des femmes magnifiques. L’Histoire et les cinq continents lui tombent sur les épaules. Et le théâtre ! Et la littérature ! D’autres œuvres, comme Moby Dick, se mêlent au conte élisabéthain. De quoi perdre plus encore ses repères. Et quelle idole à présent pourrait être le Hamlet moderne ? On ira voir du show et plus du côté du théâtre !
L’écheveau échevelé de Charlotte Rondelez est tout à fait brillant. C’est quelque chose comme des Monty Python à la française : burlesque, mais très savant dans son jeu sur les références. Ceux qui connaissent Hamlet et ceux qui ne le connaissent pas y prendront un plaisir différent, le dynamisme emportant chaque spectateur dans un mouvement de métamorphose incessant. Les cinq acteurs, Pauline Devinat, Céline Espérin, Julien Le Provost, Harold Savary et Cédric Villenave, excellent dans la parodie de la tragédie et la transformation à vue d’œil. La mise en scène de Charlotte Rondelez court dans les cahots d’un rodéo subtilement livresque et théâtral. Tant de malice s’appelle du talent. C’est bien normal qu’une telle réussite passe du Poche au Lucernaire.

To be Hamlet or not to be de Charlotte Rondelez, mise en scène de l’auteur, musiques et arrangements musicaux de Ben Brion, lumière d’Elsa Revol, avec Pauline Devinat, Céline Espérin, Julien Le Provost, Harold Savary, Cédric Villenave.

Lucernaire, 19 h, tél. : 01 45 44 57 34, Poche-Montparnasse, 20 h, jusqu’au 1er. (Durée : 1 h 10).

Photo François Vila.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.