Accueil > Théâtre en mai

Actualités / Théâtre

Théâtre en mai

par Gilles Costaz

Jeunes vagues à Dijon

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Théâtre en mai est l’un des plus anciens festivals par rapport aux nouvelles générations apparues à la fin du XXe siècle. Rien à voir avec Avignon, Sarlat ou Angers, qui s’inscrivent dans les vieilles pierres et un passé glorieux. La manifestation de Dijon a toujours un ton jeune, moderne, comme si elle venait de naître. François Chattot lui avait donné une nouvelle impulsion, Benoît Lambert lui imprime sa marque d’artiste au regard critique et politique, en prolongeant la dimension internationale de l’événement.
L’ouverture a eu lieu avec l’un des spectacles les plus en vue de cette fin de saison, En attendant Godot de Beckett monté par Jean-Pierre Vincent. Place ensuite à de petites équipes ou à des metteurs en scène en pointe comme Jonhatan Châtel montant Petit Eyolf d’Ibsen ou Sylvain Creuzevault reprenant Le Capital et son singe (d’après Karl Marx). Côté européen, l’attention se porte sur le Blitz Theatre Groupe, compagnie grecque, qui présente Late Night. Pour le décryptage de la société moderne, avantage à Benjamin Villemagne qui, dans Big Data, explore le numérique et à Thomas Condemine qui, dans Mickey le rouge, s’inspire de Tom Robbins et de la contre-culture américaine des années 80. De leur côté, Fabrice Melquiot et Kheireddine Lardjam se penchent sur les douloureux rapports de la France et de l’Algérie dans Page en construction.
Au total, seize spectacles remuants, qui obligent à marcher d’un point à un autre dans les belles rues de Dijon.

Théâtre en mai, jusqu’au 31 mai.

Théâtre Dijon-Bourgogne, tél. : 03 80 30 12 12.

Photo Le Petit Eyolf, photo Bernard Coutant.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.