Accueil > Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci

Critiques / Théâtre

Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci

par Bruno Bouvet

Hommes sans Dieu

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce spectacle est une énigme. Puissante, troublante, dérangeante. Avec cette mise en scène au titre tellement étrange, Romeo Castellucci nous met en face de la condition humaine, dans toute sa nudité. Ce parti pris peut heurter, se révéler même insupportable soulevant l’éternelle question du réalisme le plus cru. A chacun de fixer ses propres limites. Faut-il tout montrer au théâtre ? Oui, dès lors qu’ici, la frontière du mauvais goût n’est pas franchie. Pas de complaisance, non plus. Pourquoi faudrait-il cacher les entrailles de l’homme si l’on cherche à le comprendre ?

Après Purgatorio, présenté à Avignon en 2008, le metteur en scène italien prolonge cette réflexion fondamentale. Là encore, un père et un fils dans un décor d’intérieur moderne plutôt aisé qui tisse un lien entre les deux spectacles. Dans Purgatorio, le père entretenait un rapport trouble, entre affection et domination criminelle, sur son jeune fils, sans que le metteur en scène ne mette un terme à l’interrogation du spectateur. Ici, le fils devient à proprement parler le père de son père, un homme atteint par la vieillesse et la déchéance au point de se souiller. Le vieil homme humilié est pris en charge par son fils qui le nettoie, comme on vient en aide à un enfant qui n’est pas encore propre. L’épreuve, accompagnée d’une odeur pestilentielle qui se répand dans la salle, parmi le public, se répète à deux reprises, sous le regard d’un immense Christ –celui d’Antonello de Messine, dont le visage aux traits fins barre le fond de scène. Malgré la colère et le découragement, le fils aime toujours son père. Mais le père pleure seul sur son lit, déchiré par la douleur et la honte. « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? », disait le Christ sur la croix. Ici, ce serait plutôt : « Fils, pourquoi m’abandonnes-tu ? »

C’est le cri de l’humanité tout entière que Castellucci fait entendre, sans que l’on sache bien à qui il s’adresse. Sans doute à ce fils de Dieu. « Tu n’es pas mon berger » est-il inscrit à la fin du spectacle. Castellucci scelle-t-il la question de la foi ? Pas si sûr. Mais à quoi l’homme peut-il se raccrocher ? Peut-être à l’affection que déploie le fils à l’égard de son père, sans que cela n’efface sa solitude. Sentiment déchirant qui renvoie chacun à lui-même. C’est le propre des grandes œuvres. 

Sur le concept du visage du fils de Dieu. Conception et lumière : Romeo Castellucci. Musique Scott Gibbons. Conception et réalisation des objets Istvan Zimmermann, Giovanna Amoroso. Avec Gianni Plazzi, Sergio Scarlatella et les enfants. Durée : 1 h.

A Paris, au Théâtre de la Ville du 20 au 30 octobre 2011, puis au 104 du 2 au 4 novembre 2011.

Photo Klaus Lefebvre
 

 

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

54 Messages

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 5 septembre 2011 13:08, par athéesouhait

    Oserait_on faire la même chose vis à vis de Mahomet ????
    Je pense que l’auteur aurait déjà une fatwa sur la tête et que le spectacle aurait été interdit voire m^me castelluci poursuivi pour incitation etc...
    Je suis athée mais là on atteint les limites de la dignité !
    On crache toujours sur les mêmes, tellement facile quand on sait qu’on ne risque rien...

    repondre message

    • J’ai hâte d’aller voir cette pièce. Premièrement parce que les catholiques intégristes en font une publicité formidable. Il faudrait d’ailleurs leur demander où étaient-ils il y a 5 ans lors du scandale des caricatures de Mahomet ? Soyons sérieux, ce n’est pas plus de la christianophobie que de l’islamophobie, les manifestants se plaignent d’être emmenés par la police, mais cela me parait peu étonnant quand on voit quel traitement ils réservent aux spectateurs, en leur ôtant leur liberté de circulation ! D’autant plus que l’Eglise de France elle même a reconnu que cette pièce n’avait rien de blasphématoire.
      Il est bien triste de remarquer que la laïcité ne marche que dans un sens...

      repondre message

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 5 septembre 2011 23:34, par Princeneosis

    Je suis d’accord avec le commentaire au dessus. C’est tellement facile d’etre provocateur et d’oser quand on ne risque rien mais l’inverse l’est moins..

    Par ailleurs la conclusion est vraiment pathetique le propre d’une grande oeuvre devrait etre de susciter des sentiments nobles d’unir l’humanité dans sa condition terrible certe. Il est vraiment ridicule d’etre si individualiste et pessimiste, ne nous etonnons plus du pessimisme français quand on entend ça...

    Par ailleurs l’auteur marque un mepris digne de l’ancien regime vis à vis du public lorsqu’il dit qu’une partie du public est tout simplement bete.

    Manifestement il n’accepte pas la critique car elle menace par la raison un business par trop avantageusement déraisonnable.

    repondre message

  • Si seulement romea Castellucci savait, en conscience, qu’il injure Celui qui a le pouvoir de le resscussiter parcequ’il n’est qu’Amour et Miséricorde. Pense-t-il seulement que la vie sur terre n’a qu’un temps et que l’éternité n’a pas de fin. Seigneur, prend pitié de cet homme car il ne sait pas encore combien tu as enduré toutes les souffrances du monde par amour, rien que parceque tu es Amour.

    Seigneur Jésus, je te demande pardon pour tous ceux qui ne t’aiment pas, tous ceux qui ne t’adorent pas, tous ceux qui te blasphème, ceux qui te crache sur ton visage de paix. Ne permets pas Seigneur , Roi d’amour que toutes ces âmes se perdent pour toujours

    repondre message

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 13 octobre 2011 21:02, par VERDET Naomi

    Bonjour,
    L’heure est vraiment très grave !
    A vous tous qui avait pu voir cette pièce de théâtre ainsi que la pièce "Golgotha picnic" du realisateur Roméo Castellucci, et à ceux qui se projette de les voir, je souhaite vous dire que cela est extrêmement gravissime et déplorable de représenter Jésus Christ ainsi. C’est une vraie moquerie envers Lui, un abaissement de Sa personne !
    QUELLE TRAGEDIE !!!
    Dans la Bible, il est écrit : " On ne se moque pas de Dieu".
    Quel blasphème envers Dieu, le Sauveur du monde, Lui qui est PARFAIT et qui a tout fait pour nous, Il est mort à notre place, à cause de nos péchés puis Il est ressuscité pour règner dans les cieux afin d’être avec nous chaque jour !

    Soyons vigilant car encore une fois l’heure est grave !!

    repondre message

    • A tous ceux qui réagissent négativement à ce spectacle.
      Commencez par apprendre à écrire le français et à faire des accords corrects avant de vous offusquer.

      repondre message

      • Pitoyable remarque, lorsque la foi de millions de gens est bafouée ouvertement...

        repondre message

      • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 22 novembre 2011 15:06, par FRANCIS ROSSI

        quel rapport y-a-t-il entre la syntaxe française et le sentiment religieux ou laïque ? Parce qu’on ne sait maîtriser la langue française, on n’a pas le droit d’exprimer une opinion ? Voilà une des réflexions des plus graves : ne peuvent s’exprimer que ceux qui en ont le pouvoir, je veux parler de l’écriture. Quand on sait que ceux qui maîtrise l’apprentissage de l’écriture et de la rhétorique sont issus en grande partie de l’élite qui se considère par cet acquis comme supérieur on retrouve là encore l’idée de pouvoir sous-jacent !!!!

        repondre message

    • Mais non Naomi, ce n’est pas grave ....... puisque dieu n’existe pas !

      repondre message

      • Oui, mais Jésus, lui, a réellement existé. Et ça, c’est un fait.

        Imaginez un spectacle où on balancerait de la merde sur le visage du général de Gaulle. Je pense que le spectacle serait tout simplement interdit...

        Ce n’est presque pas la foi qui est en cause ici, c’est tout simplement le respect.

        Allez-y les catholiques, défendez-vous.

        repondre message

    • A tout ceux qui s’offusque de cette pièce je tiens à dire qu’il y à plus grave dans la vie ! Et cette pièce ne fait de mal à personne, pour moi en art tout peut être admis. Alors qu’il existe des dictateurs, des proxénètes, des mafias, des politiciens, ou toutes personnes qui opprime et exerce un pouvoir destructeur qui sont bien pire que blasphémé sur le christ.
      Quelle énergie gâché !

      repondre message

      • bien sur que cette pièce ne fait de mal à personne, toutefois, sponsorisé par le Ministère de la Culture elle utilise NOS impôts qui devraient trouver meilleur emploi par ces temps de crise.

        Alors soit ces pseudo créateurs sont des génies et les spectateurs leur permettront de les financer, soit leurs créations ne valent pas tripette et elles disparaitront sans que ça ne change la face du monde.

        repondre message

    • libre à vous de croire aux balivernes que vous proférez. Libre aux autres de s’en moquer. D’autant plus que ce spectacle semble tout à fait respectueux de celui en qui vous croyez. Soyons vigilant effectivement que l’on ne nous impose pas une quelconque croyance et faisons aussi en sorte que l’on respecte l’athéisme qui est une philosophie comme un autre. Tout ce que l’on sait, c’est qu’on ne sait rien. Je préfère l’ être qui doute à celui gavé de certitudes au point de parfois, trop souvent, user de violences pour les imposer à tous.

      sans rancune

      repondre message

  • PENITENCE ET REPARATION POUR CES BLASPHEMES INFAMES
    QUI CONDUIRONT LA FRANCE APOSTATE EN ENFER.
    QUE DIEU AIT PITIE DE VOTRE LAMENTABLE MISERE CACHE DERRIERE UNE "CULTURE"....MINABLE.
    VOUS NE SAVEZ PAS CE QUE VOUS ETES EN TRAIN DE FAIRE EN PROMULGANT CES OUTRAGES......PAUVRE FRANCE ...FILLE AINEE DE L’EGLISE...VOUS N’AVEZ AUCUN RESPECT DE DIEU
    NE VOYEZ VOUS PAS CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE ENTIER...? UN MONDE QUI REJETTE SON DIEU...NE PEUT VIVRE EN PAIX..UN MONDE QUI SACCAGE SES ENFANTS AVEC TANT D’IMMORALITES LE PAIERA...PRIONS EN REPARATION DE CES SACRILEGES...

    repondre message

    • @doucelette : tout faux ! Ce sont les soi-disant dieux, et surtout leurs religions asservissantes qui interdisent la paix, car c’est au nom des foutaises religieuses que les hommes se battent ! Et ce n’est malheureusemt qu’un début ! Ce siècle sera celui des conflits interreligieux, parce que c’est tellement facile d’asservir les foules en leur promettant des pucelles ou le paradis ou le nirvana s’ils se sacrifient ! Au diable ces escroqueries !

      repondre message

      • Votre conception de la religion est dépassée de quelques décennies jeune personne. On ne prend pas les armes pour défendre son Dieu, ou sa religion contre une autre. Nous respectons le "Tu ne tueras point". Le christianisme est une religion d’amour, de fraternité et de miséricorde.
        La représentation de Jésus dans cette pièce est totalement falsifiée, je m’attriste qu’une fois de plus on cherche à souiller son nom. Nul n’est forcé de croire, Dieu ne s’impose pas. Mais pourquoi entacher gratuitement une croyance, ou un nom qui ne représente rien pour celui qui le salit ? Il y a vraiment un but à tout ça ?

        repondre message

        • Le seul but est malheureusement la masturbation des cerveaux d’"intellectuels" athés qui jouissent de matter le sacré se faire souiller, nourrissant leurs cerveaux d’un peu plus de vide, nourrissant cette "brêche" qui n’est qu’un néant... attaquant principalement ce dont ils n’ont pas grand chose à redouter, laches jusqu’au bout, accusant la religion d’être la cause de toute violence, comme si l’humain avait vraiment exclusivement besoin d’elle pour se faire du mal...
          Il mérite bien une prière.

          repondre message

      • Vous me faites bien rire ceux qui disent que les religions ont tuer des millions de gens. Karl Marx et Charle Darwin ont fait plus de mort durant le dernier siecle en créant des (Mao ,Staline et des Hitler) que toute les religions réunis.

        Et pourtant leur crasse est enseigner encore aujourd’hui dans des écoles à des millions de lobotomisé

        repondre message

        • Tient donc....Charle Darwin a créé des dictateurs, curieuse conception. Il n’a juste que réfléchie logiquement à l’évolution des especes...(théorie largement approuvé depuis...au grand dam des créationniste)

          Par ailleurs, Hittler, ne s’en ai pas pris à ceux qui ne croyait pas aux théorie darwiniste, mais à ceux qui croyait à une autre religion...les juifs.

          On pourrait aussi reprendre d’autre exemple, de la chasse au sorcière au croisades pour citer les merveilleux épisode de paix humaine que nous ont apporté la religion !!...

          J’ai eu une éducation catholique, et je respecte les valeurs catholiques ! Il n’y a pas besoin de croire en quelque chose pour approuver ce message d’amour. Le respect de la liberté d’opinion humaine implique aussi de laisser son prochain se moquer ou rigoler de ce qu’il veut, de voir de l’art dans ce qu’il veut. Votre croyance est votre, et si ces images vous sont insoutenable, elles ne sont pas faite pour vous !! Mais vous ne pouvez pas les interdire aux autres en prétendant que ce qui est sacré pour vous doit l’être aussi pour les autres, sinon, c’est déjà une imposition de sa foie à autrui...Après tout, on n’interdit pas aux chirurgiens d’opérer seulement parce que les "scenes" sont insoutenables pour bon nombre de personnes.

          Et le fait que des extrémistes d’autre religions s’en prennent physiquement à des gens qui se moquent de Mahomet, ou autre , ne veulent pas dire qu’ils ont raison...ne suivez pas les mauvais exemples !! Continuez à promouvoir un message d’amour et de tolérance...

          repondre message

          • « Dans un avenir, pas très lointain en comptant par siècles, les races civilisées de l’homme vont sans doute exterminer et prendre la place des races sauvages à travers le monde. Dans un même temps, les singes anthropomorphes seront sûrement exterminés. La séparation entre l’homme et ses alliés les plus proches s’intensifiera car elle touchera, je l’espère, l’homme dans son état plus civilisé, le Caucasien et certains singes aussi inférieurs que le babouin, au lieu comme c’est le cas aujourd’hui entre le nègre, ou l’Australien et le gorille. »

            Charles Darwin, The Descent of Man, 2ème éd., New York : A.L. Burt Co., 1874, p. 178.

            N’oubliez pas aussi que Francis Galton est le père de l’eugenisme qui a inspiré beaucoup l’allemagne Nazi.
            “Francis Galton était le cousin de Darwin”

            Mais toute facon on est loins du sujet et je crois pas que ce soit la bonne place pour en débattre

            repondre message

    • à Doucelette : vos propos un peu "décalés" me font bien plus peur que cette pièce irrévérencieuse et provocatrice d’un intellectuel de gauche un peu "allumé" lui aussi. Quand on s’en prend au fait religieux, l’émotionnel l’emporte sur le rationnel, on le voit bien avec les musulmans, de toute façon on a jamais autant tué qu’au nom de Dieu, qui, parait il a fait l’homme a son image et ...l’homme le lui a bien rendu !
      Peter Pan

      repondre message

  • Pièce vue à Avignon cet été et qui laisse une impression très forte tant le thème abordé est éprouvant ; un fils attentif aux prises avec le viellissement paternel et notamment l’incontinence ; ce thème jamais traité me semble-til au cinéma ou au théatre n’est pas édulcoré par Castellucci et pourtant rien de scandaleux dans cette pièce sinon peut-être l’immobilité et la non-intervention du personnage central qui est là le Christ.

    repondre message

  • dans la bible aussi il est écrit "aimez vous les un les autres comme je vous aime". "Dieu est miséricorde" ce n’est pas le cas de ses Chrétiens dévoyés qui vouent aux gémonies ceux qui ne pensent pas comme eux

    repondre message

  • SCANDALEUX !

    Il y a une différence entre la liberté d’expression et le respect des diverses confessions. Je suis avocate.

    Ceci m’attriste profondément : l’art et le beau est fait pour une transcendance imprescriptible et non pour rabaisser !!

    Pour moi le théâtre élève l’âme, permet de se divertir, de passer du bon temps mais non de profaner et de s’attaquer à une religion. J’ai fait 15 ans de théâtre.

    ce n’est pas une histoire de croyance, mais de respect.
    Auriez-vous oser faire la même pièce sur le thème de Mahomet ?
    sans nul doute, souvenons nous du scandale des parodies de mahomet...

    repondre message

  • Si nous pouvons considérer que c’est une pièce de théâtre je dirai que c’est : Irrespectueux, Honteux, scandaleux, Gratuit.... vis à vis de la religion Catholique.

    Si ca aurait été Moise ou Mahomet je ne suis pas sur que cette pièce aurait été plus loin que l’état : d’idée ou de concept. Acharnement certainement du à la tolérance de cette religion qui a été trop importante.

    repondre message

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 27 octobre 2011 16:12, par walter Benjamin

    Vous avez raison, on ne peut pas encore faire de théâtre avec la représentation de Mahomet et pourquoi : parce que certains intégristes musulmans usent encore des méthodes d’intimidation du moyen âge : menaces d’exécution, fatwa,etc, mais ça ne durera pas . Heureusement que les intégristes chrétiens ne peuvent plus faire de telles menaces et exactions. On sent que certains ne sont pas loin du crime au nom de leur dieu , ils rêvent de bûchers tels celui du philosophe Giodano Bruno brûlé par l’église Le 20 janvier 1600 par le très saint pape Clément VIII pour hérésie . Ils se retiennent ,mais ils nous montrent leur vrai visage qui n’a rien de religieux. Ces gens veulent imposer par la force ou la peur , leur "religion d’amour"(on rigoole !) La foi est respectable et doit rester une affaire privée (il y a plus de 150 dieux) et on droit avoir le droit d’en parler comme on veut . Vous n’aimez pas ce spectacle, n’y allez pas !

    repondre message

    • Que la paix soit sur ceux qui aiment et propagent la paix,
      A ceux qui blasphèment et profanent Jésus (paix sur lui) fils de Marie, je vous plaint, il y a tellement de vide dans votre âme que vous avez besoin de souiller les esprits des plus faibles et égarer vos semblables.
      Je suis musulmane et je n’ai aucun problème pour dire qu’effectivement les hommes n’on pas à tolérer ce genre d’absurdité, non ce n’est pas revenir au moyen âge que de condamner ces actes, le Musulman est fort et ne subit pas ces attaques méchantes sans qu’aucune sanction ne soit prise à l’encontre de ces criminels.
      Dieul seul sait qu’il y aura une Justice avec un grand J, c’est ce qui m’aide à ne pas éprouver de rage pour ces incultes soi disant "artistes".
      Comme tout criminels Dieu nous jugera Tous et la justice de ce bas monde n’est rien comparé a celle de la vie d’aprés.
      Croyez le ou non je vous plains ô êtres humains..

      repondre message

      • Merci à toi, qui te dis musulmane. Je ne suis pas musulman, mais j’admire que tu aies l’honnêteté de reconnaître l’affront qui est fait ici à des millions de personnes, pour qui le Christ est un modèle.

        Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, ce ne sont pas les religions qui apportent la violence dans le monde. Ce sont au contraire ceux qui les attaquent systématiquement...

        Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté.

        repondre message

  • il me semble impossible que la pièce n’ai pas une "morale" ?

    impossible qu’un homme se permette de bafouer ainsi une religion sans raison surtout qu’il ne prend pas beaucoup de risque en s’en prenant aux catholiques...
    comment se sentir fier de susciter autant de réactions en étant aussi lâche ? ça ne sert à rien de dire "je voulais choquer, faire réagir" sur un problème de religion, c’est trop personnel d’avoir la foi ou de ne pas l’avoir et les hommes ne seront jamais d’accord sur ce point

    quand l’art n’a d’autre but que de choquer ce n’est plus de l’art c’est une insulte, pour moi l’art doit susciter des émotions et amener des réflexions constructives (j’ai du mal a m’exprimer désolée mais j’espère que vous saisissez l’idée)

    je n’ai pas été voir la pièce (je ne peux pas j’habite trop loin !) mais ne passons nous pas à coté d’un autre message que celui de l’insulte à la religion ? quelqu’un peut-il me répondre objectivement ? quelqu’un a-t-il trouvé un "message" ?

    repondre message

    • je suis artiste peintre plasticien et malheureusement comme beaucoup, je déplore les dérives faciles de l’art contemporain ; ce domaine de création souffre de sa propre arrogance et ne parvient à dépasser le ressentiment profond de sa profonde inutilité qu’en se nourrissant de la puissante charge symbolique des oeuvres du passé pour aussitôt la piétiner désespérément , tel un adolescent en crise , rejetant ses parents ! le degrés scatologique , comme support d’expression témoigne de l’immaturité de bon nombre d’artistes qui trouvent dans la provocation le seul moyen désespère d’attirer l’attention sur leur nombril infantile ; domage qu’ils soient pris si souvent au sérieux , ... la majorité du public se fait souvent leurré par l’emballage culturel qui cherche à auréoler ce dont nos entrailles se débarrassent !!

      repondre message

  • Pas besoin d’être croyant pour savoir que je n’irai pas mettre un centime pour m’abaisser à regarder un pareil étron...
    La thématique de la m**de est très bien choisie (bravo au "metteur en scène") pour représenter cette "pièce" qui n’est rien d’autre qu’un vulgaire déchet.

    repondre message

  • En ce qui me concerne, les religions me font profondément chier. Si ont pouvait éradiquer ces virus de cette planète, ce serait un grand soulagement.

    repondre message

  • Je n’ai pas vu la pièce... et me garderait de me faire l’écho des condamnations qui circulent.
    Pour moi une pièce de théâtre doit être divertissante et nous sortir de notre réalité... à quoi bon faire une pièce polémique, soulevant violences et incompréhensions (n’y en a t’il pas assez sur cette terre actuellement ?).
    Mais je suis d’accord aussi avec ceux qui disent que la religion catholique est trop souvent bafouée, nous sommes dans un pays laïc (peut-être pas pour longtemps...) mais avant tout catholique et je comprends tout à fait l’indignation des catholiques si l’objet de la pièce est bien blasphématoire. Quand Mahomet est attaqué, la réaction des musulmans est immédiate et entendue (sanctions ?), pourquoi les catholiques ne pourraient, sans encourir de sanctions, dire leur révolte ?
    La France subit l’invasion musulmane sans réagir, il est peut-être temps que les français par les catholiques se fassent entendre puisque les politiques ont démissionné...
    Je suis athée mais je suis française pratiquante, attachée à notre identité nationale et à nos valeurs.

    repondre message

  • Le hasard de l’actualité m’amène sur ce site et j’y trouve un débat passionné autour de la défense d’idées extrêmes. Est-il encore nécessaire que l’un ou l’autre l’emporte ? La convoitise du pouvoir c’est aussi de vouloir avoir raison. Dieu est partout, chez les chrétiens, chez les musulmans, dans la pièce de théâtre, dans les excréments -qui font partie du cycle naturel du vivant-, dans votre PC, ... Se battre pour Dieu, pour l’éveil mystique c’est se battre pour le meilleur de l’homme. Se battre pour une institution religieuse, chrétienne, musulmane, indhouiste, ... c’est se battre pour une majorité d’hommes avides de pouvoir sur leurs semblables, pour des prédateurs du vivant. C’est se battre contre des moulins. Etre en vie est quelque chose de précieux, qu’il convient de ne pas gaspiller.

    repondre message

  • Je viens de lire, n’ayant pas vu cette pièce de théâtre, les commentaires ainsi que le résumé de la pièce qui, effectivement semble très violente.
    Je comprends l’indignation des chrétiens, légitime. Je sais aussi que pour décrypter ce genre de message, il semble y en avoir un, il est indispensable d’avoir longuement médité la Passion de Jésus...La déréliction dont est victime ce qu’on appelle la "déchéance" du vieillard est celle sous une autre forme qu’a vécue Jésus dont le seul crime fut d’annoncer le salut, seule prérogative appartenant à Dieu, et non pas de libérer les juifs de l’occupation romaine :"Lui de condition divine ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu mais se faisant esclave se fit esclave jusqu’à la mort et la mort de la croix" mort infamante, car réservée aux terroristes. "Folie pour les grecs, scandale pour les juifs" St Paul. Déjà le scandale !!!!
    Pour celui qui côtoie la misère humaine vécue par le vieillard, qui fait partie de notre CONDITION HUMAINE, il est probablement possible de décrypter les souillures lancées au visage du Christ comme le cri de la révolte de l’homme souffrant. "Pourquoi m’as tu abandonné ?" Ce cri de Jésus comme celui de tout homme qui connaît la souffrance, le mépris, la haine etc etc....
    Ce genre de "représentation"ne peut que faire polémique...Est elle indigne de l’art qu’elle prétend être ? Sans doute. Tout est il représentable ? ?? Je me souviens de prisonniers que j’ai rencontrés chaque semaine pendant vingt ans qui me disaient :"Comment voulez vous qu’on arrête d’être violent ; si ce que j’ai fait je l’avais tourné à la télé je serais très riche aujourd’hui. "
    L’image a LE pouvoir, LA puissance dans notre monde.
    La force du Christianisme, qui heureusement a considérablement retrouvé le chemin de l’Evangile (n’en restons pas au 16 eme siècle !!!!!) réside dans l’éclairage que donne au monde le Christ bafoué, mis à mort par la haine de quelques uns dans la déréliction, mais sorti vivant du tombeau. Heureusement il n’y avait pas de télévision ce qui permet à chacun s’IL VEUT, s’il PEUT ! de donner ou non sa confiance, sa foi donc, en toute liberté à Celui qui offre un bonheur à l’envers de celui qu’offre le MONDE.

    repondre message

  • Ce spectacle est juste ce qu’il ya de plus moche, anti christ donc anti amour. Mais ne vit-on pas une période particulière prophétisée ?

    repondre message

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 2 novembre 2011 22:35, par yolaine baignères

    Je suis étonnée par les critiques de personnes surtout celles qui n’ont pas vu le spectacle Car pour ma part , en voyant ce spectacle j’ai pour la première fois fait une expérience très forte de la tendresse de Dieu pour l’homme. En effet je comprends que certains ont pu se laisser submerger par les images violentes de déchéance.Mais toute cette scatologie est là pour mettre en exergue la tendresse du fils pour son père et la capacité de l’homme à dépasser ses limites avec l’aide de Dieu. Pour moi le regard pénétrant du Christ accompagnait les gestes de compassion du fils.Je suis sortie de ce spectacle avec une foi renforcée en l’homme et en Dieu.

    repondre message

  • C’est tout ce que "cet Art" (!?) a trouvé dans les entrailles de l’homme.
    Pauvre de nous. Pauvre humanité. C’est à pleurer !!!

    repondre message

  • C’est tout ce que l’Art à trouvé dans les les entrailles de l’homme !!!
    Alors pauvre homme, pauvre humanité !

    repondre message

  • peut-on désigner par le mot "amour" tout acte qui fait le bien d’autrui ?
    celui-ci peut aussi bien être généré par du respect ou de la crainte ou en l’occurrence allez savoir, le sens du devoir...

    repondre message

  • inch’allah...

    repondre message

    • je suis artiste peintre plasticien et malheureusement comme beaucoup, je déplore les dérives faciles de l’art contemporain ; ce domaine de création souffre de sa propre arrogance et ne parvient à dépasser le ressentiment profond de sa profonde inutilité qu’en se nourrissant de la puissante charge symbolique des oeuvres du passé pour aussitôt la piétiner désespérément , tel un adolescent en crise , rejetant ses parents ! le degrés scatologique , comme support d’expression témoigne de l’immaturité de bon nombre d’artistes qui trouvent dans la provocation le seul moyen désespère d’attirer l’attention sur leur nombril infantile ; domage qu’ils soient pris si souvent au sérieux , ... la majorité du public se fait souvent leurré par l’emballage culturel qui cherche à auréoler ce dont nos entrailles se débarrassent !!

      repondre message

  • Je suis soulagé d’entendre que beaucoup de personnes de bonne volonté sont solidaires pour regretter la provocation gratuite proposée par ce spectacle.
    Lorsque j’ai entendu le compte rendu de la pièce à Avignon, j’ai été choqué, j’ai ressenti un manque de respect pour Dieu, auquel je crois.
    J’ai interpellé les directeurs des théatres qui avaient programmé l’oeuvre sans obtenir de réponses, et encore moins la déprogrammation. Je suis solidaire de ceux qui manifestent leur désapprobation, même si il serait bien sur préférable de ne pas rentrer dans une escalade.
    Depuis, c’est avec beaucoup de tristesse que je lis les CR dans la presse qui parlent exclusivement des "extrémistes chrétiens" et de "liberté d’expression" bafouée (cf pétition lancée dans Libération hier). Alors que aucun media officiel ne relaie l’indignation de nombreuses personnes croyantes ou simplement respectueuses des croyances de chacun.
    Pardonne leur, Seigneur, ils ne savent pas ce qu’ils font !
    Que la paix de Dieu soit avec nous !

    repondre message

  • A JML et à d’autres,

    Vous vous permettez de juger sans avoir vu, me semble-t-il.

    Et si vous vous faisiez une idée vous-même avant d’en parler ?

    Mais je vous ressens comme étant dans une crispation telle que, de toute façon, votre jugement serait faussé.

    Pour ma part, je reste attentive aux lieux où ce spectacle passera pour que je puisse y assister. Je pourrai alors émettre mon avis.

    Tous les spectacles de Romeo Castellucci parlent à ce qui, en nous, est au-delà des mots. Ils sont d’une grande beauté et nous questionnent. A nous de les recevoir d’abord, d’y réagir ensuite.

    repondre message

  • pourquoi continuer de chercher Dieu où il n’est pas ?
    le visage de Dieu ou de son fils est-il Dieu ?
    une relation "malsaine" père/fils relève davantage de la psy que de la religion.

    la mère du fils de Dieu, même si elle porte en elle l’essence de toute les femmes mérite mieux que des psalmodies de trottoir.

    repondre message

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 19 novembre 2011 19:07, par MACHY Jacques

    Le plus afligeant, ce sont les articles de la presse chrétienne officielle qui sans louer ouvertement ce genre de spectacle condamnent les traditionnalistes comme violents ou sectaires alors qu’ils reçoivent les coups. En fait, les responsables de ces commentaires sont souvent des prêtres (La Croix, le Pélerin...) comme s’il était nécéssaire d’être intégriste pour trouver insupportable ce genre de représentation.Il suffit simplement d’aimer le Christ et d’avoir le courage de le prouver ouvertement. Je ne soutiens pas les intégristes dans leur révolte contre l’Eglise de Rome mais j’avoue que s’ils n’étaient pas là, en l’occasion, on n’entendrait pas gémir certains "pasteurs" de l’Eglise bien-pensante.

    repondre message

  • Pardonne-leur, Seigneur, ils ne savent pas ce qu’ils font !

    repondre message

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 4 décembre 2011 18:44, par Véronique DEBRAY

    Aération
    La chaleur,l’air,les odeurs qui émanent de cette ancienne salle toujours comble : je connais, depuis ma mise en place, il y a déjà 30 ans.

    Toutes, elles passent à travers moi.

    Je suis discret, même invisible, le plus souvent.

    Mais sans moi, aucun de tous ces acteurs, metteurs en scène, spectateurs,ne pourraient rester aussi longtemps à leur aise, dans cette si jolie et confortable salle de spectacle : noire et or.

    L’été dernier en Avignon, " gnon, gnon", pour la pièce : " Le concept du visage du fils de dieu", (non de bleu), les techniciens m’ont soigné, chouchouté, tout particulièrement.

    Habituellement, si on me fait une toilette une fois l’an, c’est bien le bout du monde.

    Mais en 2011, je ne devais pas seulement extraire mais aussi, rendre olfactive, cette pièce ( et quelle pièce), qui se jouait là.

    Je peux vous assurer, qu’en matinée comme en soirée, jamais je n’ai autant rit, la "bouch’rit".

    Lorsque je soufflais l’odeur correspondant, en tous points, à la scène, les spectateurs ne pouvaient se contenir.

    Certains même poussaient des râles, d’autres se bouchaient les narines, et devaient alors, rester bouche ouverte.

    Quelques uns se tortillaient de malaise, mal-être, si confortablement installés sur leur fauteuil rouge très acceuillant, pour leur muscles fessiers.

    Evidemment, afin de maintenir tous les spectateurs en haleine, (fétide), jusqu’au bout de ce célèbre spectacle, je cessais de souffler, pour vite extraire, juste avant qu’un damoiseau ne fasse malaise.

    Je garderais un souvenir inoubliable de cette double fonction que l’on m’avait attribué pour l’occasion. Un souvenir ancré en moi, comme une bonne farce, faite à ses meilleurs amis.

    Toujours dans ma mémoire de bouche d’air, (à trous), je retiendrais tous ces visages souffreteux, le regard du christ planté dans leurs yeux, dès qu’ils étaient gênés par l’odeur.

    En effet, ils levaient alors, instinctivement les yeux et rencontraient inéluctablement, ceux de celui, qui s’est fait homme sur terre. Ce christ crucifié, au regard profond, grave et compatissant tout ceci à la "foi", pour mieux représenter la condition de l’homme sur terre.

    "Ils ne sont que des humains", semblait leur dire ce regard aussi célèbre que la Mona Lisa au sourire énigmatique et au regard en coin, si coquin.

    Moi, petite chose du spectacle, j’étais dans un état jubilatoire : même si j’étais alternativement désiré et détesté.

    J’étais au spectacle et faisait le spectacle.

    Telle une pièce maîtresse, numéro deux après le visage du fils de dieu, représenté en très grand format, au fond de la scène.

    Il fallait bien cette taille, pour que je lui laisse la première place des acteurs les plus sujets à contreverses, .... après moi : la bouche d’air.

    A Pornichet, avenue du logui

    Le 03 décembre 2011

    Héroïc.

    repondre message

  • Le Christ aux outrages, 2011 5 décembre 2011 14:34, par Asermourt

    Le Christ aux outrages*
    Le Christ aux outrages **
    Le Christ aux outrages ***
    Le Christ aux outrages ****
    Le Christ aux outrages *****
    Le Christ aux outrages ******
    Le Christ aux outrages *******
    Le Christ aux outrages ********
    Le Christ aux outrages *********
    Le Christ aux outrages **********

    Si Dieu n’avait pas voulu qu’on Lui crachât à la gueule, Il aurait continué éternellement à rester sans visage. En somme, Il a souhaité prendre sur « l »ui tous les péchés du monde. Du point de vue des sectateurs de Christus, le fait que les crachats de ceux qui crachent sur le Pater atteignent le Filius est une démonstration tangible de la sainteté du Spiritus dont les adorateurs de l’Adversaire ne se sont pas mépris sur la nature adverse.

    Alors, ils lui crachent aux faces, le soufflettent, le giflent et disent :
    « Fais l’inspiré pour nous, messie ! Qui est-ce qui t’a frappé ? (Matyah 26, 67-68) »

    2) Dénonciation de la façon dont ont traité Rabbi Iéshoua‘, d’abord les Juifs à travers le Sanhédrin, ensuite les Romains à travers le préfet Pontius Pilatus, les uns pour profanation commise par l’un des leurs du Premier Commandement de la Loi de ses pairs, les autres pour trouble à l’ordre public et appel à l’insurrection lancé par les indigènes du royaume de Judée occupé.

    Quelques-uns commencent à cracher sur lui ; ils lui voilent les faces, le soufflettent et disent : « Fais l’inspiré ! »
    Les gardes le reçoivent avec des gifles (Marcos 15, 65).

    1) Dénonciation de la façon dont les Évangélistes, puis les Pères de l’Église ont fait traiter, à la place du Iéshoua‘ eucharistique, le Sanhédrin à travers les Juifs par le « Ponce Pilate » tel qu’ils l’auraient rêvé à travers les Romains, sans chercher à leur faire déceler leurs raisons respectives de s’opposer à (C ?)e qui (S ?)’était opposé à eux.

    Les hommes qui le détiennent le bafouent et le battent.
    Ils le couvrent d’un voile et l’interrogent pour dire :
    « Sois inspiré ! Qui t’a frappé ? »
    Et ils disent contre lui de nombreux autres blasphèmes (Loucas 22, 63-65).

    Comment dire quelque chose sur le visage du Fils de Dieu sans dire quelque chose sur le visage du fils de l’homme ?

    YOU ARE MY SHEPHERD

    Il y a tous ceux qui après la Shoah se sont dit : « Dieu n’aurait jamais laissé faire cela, donc, Dieu n’existe pas. »

    YOU ARE MY SHEPHERD

    Hitler n’est pas Dieu c’est pourquoi il se laisse faire cela.

    YOU ARE NOT MY SHEPHERD

    La kénose n’épargne pas le visage. La substantifique moelle de l’homme ne s’emportera pas au paradis avant que d’être transsubstantiée. Le visage c’est ce par quoi l’altérité se manifeste. Or avant que la Séparation par le Découvrement ne se soit soldée, le Tout doit disparaître.

    * Fra Angelico. Le Christ aux outrages, 1440.
    ** Hieronymus Bosch. Le Christ aux outrages, 1490-1500.
    *** Matthias Grünewald. Le Christ aux outrages, 1503-05.
    **** Jan Sanders van Hemessen. Le Christ aux outrages, 1560.
    ***** Philippe de Champaigne. Le Christ aux outrages, 1655.
    ****** Gerrit van Honthorst. Le Christ aux outrages, 1617.
    ******* Antoon van Dijk. Le Christ aux outrages, 1620.
    ******** Édouard Manet. Le Christ aux outrages, 1864.
    ********* Henry De Groux. Le Christ aux outrages, 1889.
    ********** Georges Rouault. Le Christ aux outrages, 1942-43.

    repondre message

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 5 décembre 2011 17:33, par jojo croix

    Et si on remplaçait le visage du Christ par une représentation de Mahomet ? Chiche...

    repondre message

  • Ce qui est extrêmement drôle c’est qu’il est flagrant que toutes les personnes qui font ces commentaires n’ont pas vu le spectacle. Castellucci est clairement chrétien, et pas une seconde on jette de la merde sur le portrait. Ou avez vous entendu des ragots aussi idiots ? C’est juste faux. J’ai vu le spectacle (plastiquement très beau). Il s’agit juste de la déchéance d’un père malade soutenu par son fils avant la fin. Tout cela sous le regard du Christ. C’est juste touchant d’humanité. Et même quand le portrait du Christ est déchiré (face à cet homme qui a du mal à croire), eh bien son portrait réapparait sans cesse (une résurrection...)
    Autant je pourrais comprendre que parfois certains spectacles choquent (Jan fabre par exemple qui est bien plus critique vis à vis de la religion en général) Autant là, vraiment désolé mais vous n’avez rien compris et qu’il s’agit d’un vrai contresens ! Ce qui est logique puisque vous n’avez pas vu le spectacle....Et je suis pourtant moi même catholique. Mais là, vous racontez n’importe quoi !!!

    repondre message

  • Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci 21 février 2012 23:28, par ami du Christ

    Jésus le Christ vit toujours parmi nous et n’est pas exclusif à l’Église Catholique, il faut faire des recherches. Son amour est en nous tous et ça, sans qu’on aie à la demander. Pour réveiller cet amour il nous est simplement nécessaire de nous aimer les uns les autres, quelles que soient nos différences. Ce scénariste rejette possiblement l’idée d’être aimé, autre que pour ses idées. Est-ce suffisant pour trouver la paix éternelle ? Ce n’est pas moi qui vais y répondre mais je peux seulement dire que celui qui cherche à en faire sombrer d’autres sur son passage, en récoltant come prime de gros dollars porte sur lui un lourd poids que seul l’amour de Jésus le Christ peut soulever.

    repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.