Accueil > Sorcière, textes de Marguerite Duras

Critiques /

Sorcière, textes de Marguerite Duras

par Corinne Denailles

Une évocation en clair-obscur

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

A l’occasion de la création de Michel for ever (2019), le beau spectacle créé en hommage à Michel Legrand, Stephan Druet a rencontré Macha Méril. Sorcière est un peu le fruit de cette rencontre. Dans les années 70, Macha Méril avait fait la connaissance de Marguerite Duras qu’elle a beaucoup fréquentée. Grande admiratrice de la femme et de l’œuvre, elle est jurée du Prix Marguerite Duras depuis vingt ans. C’est, entre autres, la lecture du montage de texte établi par Alain Vircondelet (Une chambre au-dessus de la mer) qui a suscité le désir de proposer un portrait en creux de l’écrivain autour de la figure féminine, à travers ses rapports à la vie, à la mort, à la solitude, aux hommes, thèmes sur lesquels Duras a écrit des pages magnifiques. Les textes choisis sont extraits d’ouvrages très divers, certains ont été publiés dans la revue Sorcière. Figure dominante du spectacle, la sorcière est emblématique de la situation de la femme dans la société.
Le metteur en scène a marié avec finesse la musicalité des mots de l’écrivain à la musique de Michel Legrand et installé la comédienne dans une boîte noire, accordant ainsi le premier rôle à la parole de Duras. Le spectacle tout en simplicité est une belle évocation de l’écrivain qui commence et se clôt sur ces mots extraits de Vera Baxter dans lesquels vibre toute la magie de son écriture : « C’était il y a mille ans, par ici, dans ces forêts au bord de l’Atlantique…Il y avait des femmes…la mer. Nuit. Au-dessus, sauvage, la mer compacte de forêts plongées dan la nuit ; La mer et la forêt. Encre noire d’une nuit millénaire.
Leurs maris étaient loin, presque toujours à la guerre du Seigneur, et elles restaient parfois pendant des mois dans leurs cabanes, seules, au milieu de la forêt, à les attendre. Et c’est comme ça qu’elles ont commencé à parler aux arbres, à la mer, aux animaux de la forêt…on les a brûlées ».

Sorcière, textes de Marguerite Duras, mise en scène Stephan Druet, avec Macha Méril. Musique de Michel Legrand. Lumières de François Loiseau. Au théâtre de Poche-Montparnasse. A partir du 15 septembre à 19h. Résa : 01 45 44 50 21.
www.theatredepoche-montparnasse.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.