Accueil > Si l’Opéra Comique m’était conté…

Critiques / Opéra & Classique

Si l’Opéra Comique m’était conté…

par Caroline Alexander

Trois siècles de créations, une longue histoire féeriquement narrée au cours d’une soirée unique. Heureusement filmée par Arte

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’Opéra Comique né en 1715 célèbrera en 2015 ses trois siècles de créations, d’inventivités, d’aventures… Un tel anniversaire mérite bien une fête. Elle eut lieu le 13 novembre en ouverture de la saison 2014-2015, dernière saison programmée par Jérôme Deschamps. Une soirée unique de souvenirs, de musiques, de danses, de chants pour un public aux anges, mais forcément limité au 1330 places de la belle salle Favart. Arte, heureusement avait planté ses caméras et ses micros pour ne rien rater de ce spectacle d’exception réunissant les artistes familiers de la maison dans un catalogue d’extraits des œuvres qui y firent résonner leurs premières notes.

Nostalgie et humour se rejoignaient dans ce rendez-vous orchestré scéniquement par Michel Fau et musicalement par François Xavier Roth à la tête de l’ensemble Les Siècles. Le Chœur Accentus apportait la saveur de ses voix dans les décors à transformations multiples et les costumes superbes en arc en ciel de couleurs et de drôleries de Emmanuel Charles…

On pourra donc dimanche 28 décembre dès 17h30 déguster sur écran le déroulement de cet hommage mélan-comique où les perles musicales alternent avec les gags clownesques.

Bizet, Grétry, Berlioz, Boieldieu, Donizetti, Poulenc, Debussy se partagent la scène et la fosse avec Massenet, Thomas, Favart, Ravel, Offenbach, Rabaud et même Antoine Dauvergne que tout le monde a oublié. Un cirque de musiques que Michel Fau, irrésistible monsieur Loyal, présente sous les déguisements de deux des incontournables héroïnes de la maison : Carmen dans les habits de sa création par Célestine Galli-Marié, puis Mélisande aux longs cheveux déroulés sur sa tour de légende. Les parodies les plus farfelues sont exécutées par des comédiens connaisseurs des ressorts comiques comme l’incroyable Christian Hecq de la Comédie Française se faisant passer tour à tour pour Wagner et Offenbach, ou encore le maître des lieux, Jérôme Deschamps en personne, jouant son propre rôle avec la verve pataude de ses Deschiens.

Les femmes tiennent le haut de l’affiche dans le florilège d’extraits : Anna Caterina Antonacci, sublime dans Berlioz (La Damnation de Faust) et Poulenc (La Voix Humaine), Sabine Devieilhe, irrésistible aussi bien en Olympia des Contes d’Hoffmann qu’en Lakmé de Delibes, Julie Fuchs appétissante Fille du Régiment de Donizetti, Patricia Petibon, douce Manon de Massenet. Les hommes, Stéphane Degout savoureux Savetier du Caire de Rabaud, Vincent le Texier rêveur dans les Contes d’Hoffmann … furent plus discrets mais tout aussi efficaces.

La Barcarolle des Contes d’Hoffmann en conclusion rêveuse… Avec cet anniversaire historique et festif, Jérôme Deschamps tire sa révérence après huit années de direction dynamique. Son compagnon de route Olivier Mantei lui succédera en bonne logique.

Si l’Opéra Comique m’était conté. Orchestre Les Siècles, direction François Xavier Roth, chœur Accentus, mise en scène Michel Fau, scénographie et costumes Emmanuel Charles, lumières Joël Fabing ; Avec Anna Caterina Antonacci, Sabine Devieilhe, Julie Fuchs, Patricia Petibon, Frédéric Antoun, Stéphane Degout, Vincent Le Texier, Michel Fau, Christian Hecq, Jérôme Deschamps, Julien Lubeck et les stagiaires de l’Académie de l’Opéra Comique.

Réalisation François Roussillon

Sur ARTE le dimanche 28 décembre à 17h30

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.