Accueil > Portraits de Joël Dragutin

Critiques / Théâtre

Portraits de Joël Dragutin

par Gilles Costaz

Nos précieuses ridicules

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Joël Dragutin est un auteur à moitié sociologue. Une espèce rare. Ce qui le passionne, c’est le langage de ses contemporains. Surtout celui de ce qu’on appelle les élites et, en élargissant le cercle, celui de la bonne bourgeoisie. De pièce en pièce, il traque la phraséologie à la mode, les lourdes et folles formulations qu’inventent les mondes du commerce, de la technique et de la politique, de la culture. Pour lui, plus les discours sont pleins, plus ils sont vides ! Depuis la fameuse Baie de Naples, où les invités d’un dîner ressassait des propos désespérément vaniteux, il a agrandi ses terrains d’investigation satirique, consacrant même une pièce au parler de la jeunesse de banlieue.
A présent, il reprend dans un même un spectacle, joué par une même actrice, Stéphanie Lanier, deux monologues qu’il intitule Portraits et qui peuvent être mis en miroir tant il y a une gémellité entre les deux personnages. La femme de La Spectatrice évoque les pièces et les festivals où elle se rend. Elle s’enchante à voix haute, en frémissant, de tout qui lui a paru le comble de la nouveauté et de l’émotion, éblouie par ses enthousiasmes artistiques et ratant (peut-être) sa vie personnelle. L’héroïne de L’Estivante n’enchaîne pas les séjours au théâtre mais les voyages à travers la France et le monde, pratiquant à l’occasion le safari-photo au Kenya et le trekking au Népal. Là aussi, tout n’est que pâmoisons, vanité de classe et autocélébration. Ces deux discoureuses sont les précieuses ridicules d’aujourd’hui. Dragutin leur donne, d’ailleurs, des arrière-plans intimes, eux aussi pervertis par les clichés d’aujourd’hui, qu’il ne donne pas toujours aux figures de ses autres pièces.
Egalement metteur en scène, il dépouille l’espace et fait reposer le spectacle sur la tension vocale et physique, aux variations multiples, de son interprète aux déplacements sinueux. Avec une actrice aussi délicate et intense que Stéphanie Lanier, qui sait rendre sensibles des tourments et de l’égarement derrière l’apparent engagement de tout un être mondain, le spectacle fait mouche et va bien au-delà de ses vigoureuses vertus satiriques.

Portraits : La Spectatrice, L’Estivante, texte et mise en scène de Joël Dragutin, avec Stéphanie Lanier.
Le Petit Chien, 16 h 55, tél. : 04 90 55 89 69.

Photo DR

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.