Accueil > Philharmonie... ni peau d’chien de Jean-Paul Farré

Critiques / Livres, CD, DVD

Philharmonie... ni peau d’chien de Jean-Paul Farré

par Gilles Costaz

Trois fantaisies littéraires sur des thèmes musicaux

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Quand il n’est pas en scène, Jean-Paul Farré ne laisse pas sa fantaisie s’endormir. Il écrit. Son nouveau livre, Philharmonie… ni peau d’chien, tourne autour de la musique et surtout des musiciens, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait quel grand clown musical est Farré. L’opuscule contient trois variations sur l’historiographie musicale. Premier conte : onze compositeurs, de Mozart à Wagner, de Chopin à Brahms, sont à table. Sans le savoir, ils composent une Cène. La présence de Wagner pose un problème à l’assemblée : « Ah là, ça jette un froid, un type pareil dans cette famille de malades. Il y a quelque chose qui cloche. De plus, Wagner, c’est un musicien d’opéra, c’est une autre bande de douze, ceux de l’art lyrique, avec Verdi, Rossini, Piccini, Donizetti, Puccini et toute l’équipe d’Italie entraînée par un certain Monteverdi. » Tout ce monde s’entend mal. Il manque le douzième, qui arrive enfin : Jean-Sébastien Bach ; il est infernal, il se prend vraiment pour le Messie ! Deuxième conte : c’est Beethoven lui-même qui parle et qui fait un aveu. Il n’aurait jamais été sourd ! Dernier conte : le 29 février 1828, deux hommes se parlent dans la rue, à Vienne. Ce sont Schubert… et Mozart, qui est toujours vivant…
Farré s’amuse à créditer la vie de grands compositeurs d’anecdotes et d’événements tout à fait imaginaires. Tout est faux car tout correspond à un besoin de rire et, aussi, à un goût très original pour une histoire et une logique dont on changerait les théorèmes pour faire basculer certaines vérités établies. Jean-Paul Farré tirera peut-être un ou plusieurs spectacles de son livre mais on peut d’ores et déjà les savourer telles qu’elles sont : un très plaisant objet littéraire auquel Alphonse Allais et Erik Satie ne devraient pas tarder à apporter leur patronage.

Philharmonie… ni peau d’chien de Jean-Paul Farré, « trois nouvelles fantaisistes sur nos classiques ». Dessins de Franck Pucques. Editions Riveneuve/Archimbaud, 78 pages, 12 euros.

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.