Accueil > Nous n’irons pas à Avignon

Actualités / Festival / Théâtre

Nous n’irons pas à Avignon

par Gilles Costaz

La 17e édition d’un festival jeune et rebelle

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Non, le théâtre ne s’endort pas totalement en région parisienne pendant l’été. Quelques théâtres privés fonctionnent, le théâtre d’arrondissement 14 donne à Susana Lastreto la possibilité de faire un festival en août et, à Vitry, Mustapha Aouar continue sa manifestation de référence et de défi, Nous n’irons pas à Avignon. C’est la 17e édition. Ce n’est pas la rencontre des spectacles fleuve comme près du palais des Papes. C’est plutôt la réunion des spectacles courts. Le principe est de proposer quatre semaines différentes, du mercredi au dimanche, avec des pièces longues d’une heure qui s’échelonnent de 15 à 22 heures.
Tous les styles sont représentés dans cet ensemble jeune et rebelle : textes modernes, mises en scène innovantes, comédies jeune public, cirque, monologues, danse, spectacles musicaux…. Il est difficile de recommander a priori quelque chose qui n’a pas encore été vu. En tout cas, l’on passe de Jean-Pierre Brisset à Louis Calaferte, d’Heiner Müller à Marie-Pierre Cattino (elle a écrit, en duo avec Randa Boussida A Brand New Life) , d’Emmanuelle Marie au clown Panaï. Les troupes de Bourgogne forment le fil rouge de cette édition. Annie Ernaux a fait savoir qu’elle viendrait voir la transposition de son Monologue de la femme gelée par Violaine Vérité.
Au total, 33 compagnies dans des spectacles qu’on peut voir pour un prix moyen de 8 euros. Avignon ne fait pas le poids, au moins pour les tarifs !

Nous n’irons pas à Avignon, du 1er au 26 juillet.

Gare au théâtre, Vitry-sur-Seine, tél. : 01 55 53 22.

Photo : "Le Monologue de la femme gelée", photo Quentin Quignot.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.