Accueil > Maître Zacharius d’après Jules Verne

Critiques / Théâtre

Maître Zacharius d’après Jules Verne

par Gilles Costaz

Course contre la montre

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous ne connaissons pas tous Maître Zacharius de Jules Verne, qu’Antonio Da Silva nous donne à voir dans une version théâtrale qu’il joue seul mais avec une série d’objets qu’on peut considérer comme des partenaires, tant ils ont de l’importance. Zacharius est un horloger aussi dément que génial. Il a réglé ses montres et ses horloges sur les battements de son cœur. Tant que les aiguilles tourneront, il restera vivant. Mais les pendules commencent à cesser de tourner. L’une d’elles, qu’il a du mal à localiser, ne s’arrête pas, il lui faut absolument faire en sorte que ce tic tac demeure. Un démon lui propose de l’aide contre la main de sa fille. Zachharius est pris dans un piège doublement diabolique, lui, l’horloger livrant une folle course contre la montre...
Issu de l’équipe de Richard Demarcy qui a présenté tant de beaux spectacles pour le jeune public au grand Parquet, Antonio Da Silva cultive son style personnel qui passe par l’expressionnisme du jeu – visage maquillé, voix ténébreuse, mimiques impressionnantes – et par une incessante vie du plateau où les accessoires ont tous un pouvoir romanesque. Proposé aux enfants à partir de sept ans, ce spectacle sait faire frémir avec humour. Antonio Da Silva mène avec sûreté ce suspens bien rythmé, qui retrouve une inspiration plus fréquente au cinéma qu’au théâtre, celle du fantastique.

Maître Zacharius d’après Jules Verne, adapté, mis en scène et joué par Antonio Da Silva, assistant : Dominique Versavel.

Le Grand Parquet, mercredi, jeudi et dimanche, 19 h, tél. : 01 40 05 01 50, jusqu’au 30 novembre (Durée : 1 h).

Photo Dominique Versavel.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.