Les combats d’une effrontée d’après Simone Veil

Au service de la démocratie

Les combats d'une effrontée d'après Simone Veil

Reprendre la parole de Simone Veil pour nous connecter à sa vie était un pari délicat. Cristiana Reali et sa metteuse en scène Pauline Susini l’ont réussi en pariant sur une sobriété qui n’exclut pas le spectacle.

Un décor en apparence simple permet de situer le propos dans des lieux et des temporalités divers. Du studio radiophonique d’où est diffusée une chronique à propos de la grande dame que fut Veil en politique en passant par l’intimité familiale, les camps de concentration nazis, les assemblées nationale ou européenne, un bureau ministériel, etc…, le parcours explore cette destinée hors pair au présent de la présence des comédiennes.

Cette faculté d’actualiser le passé qui appartient au théâtre est possible grâce à des éclairages ciblés et variés y compris de glauques ’fenêtres’ à des interventions sonores musicales ou parlées enregistrées, à quelques projections photographiques ou vidéo, à plusieurs modifications vestimentaires.

Cristiana Réali campe son personnage avec réalisme sans tomber dans l’imitation servile. Elle s’est inspirée d’attitudes, de gestes, de phrasés avec modération. S’y ajoute une impeccable diction, qualité en voie de récession chez nombre d’acteurs. Elle capte donc l’attention, la canalise, la mène jusqu’au bout d’un discours qui révèle la cohérence d’une existence vouée quasi entièrement au service de l’amélioration des conditions de vie de ses contemporains. Sa partenaire, Noémie Devaley-Ressiquier l’épaule efficacement de son récit, de ses questions, de sa présence.

Nous revivons grâce à elle un combat pacifique permanent. Pour son autonomie au sein du couple et pour celle des femmes de sa génération. Pour une émancipation culturelle et professionnelle au sein d’un univers gouverné par des hommes. Par conséquent aussi pour sa lutte en faveur de l’avortement qui libèrera ses semblables du poids des grossesses indésirées.

Un vécu personnel qui engendrera une conduite tournée vers autrui. Ses souffrances de la persécution antisémite du génocide nazi, ses humiliations inhumaines mènent à une volonté de fraternisation, d’humanisation. Simone Veil œuvre en faveur de la dignité et non de la vengeance ; elle prône, bien que revenue de toute illusion, un inconditionnel amour de la vie.

Nous sortons réconfortés d’une telle représentation. Même si les allusions à la guerre semblent montrer que celle qui renaît aujourd’hui témoigne qu’il reste toujours du chemin moral à parcourir pour espérer une pacification universelle. Avec comme critères essentiels : intérêt envers autrui et confiance en l’avenir.

Durée : 1h20
Lire  : Simone Veil, "Une vie", Paris, Livre de Poche, 2007.

En tournée : 06 avril 2022 Centre Marius Staquet Mouscron [Be]
07 avril Théâtre Poissy
08 avril Théâtre André Malraux Jeumont
14 avril L’Orangerie Roissy-en-France
05 mai Le Pin Galant Mérignac

Avec Cristiana Reali et Noémie Develay-Ressiguier
Adaptation : Antoine Mory, Cristiana Reali
Mise en scène : Pauline Susini
Scénographie : Thibaut Fack
Lumières : Sébastien Lemarchand
Vidéo : Charles Carcopino
Son : Loïc Le Roux
Photo : Jean-Paul Loyer

A propos de l'auteur
Michel Voiturier
Michel Voiturier

Converti au théâtre à l’âge de 10 ans en découvrant des marionnettes patoisantes. Journaliste chroniqueur culturel (théâtre – expos – livres) au quotidien « Le Courrier de l’Escaut » (1967-2011). Critique sur le site « Rue du Théâtre » (2006-2021)....

Voir la fiche complète de l'auteur

Laisser un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

S'inscrire à notre lettre d'information
Commentaires récents
Articles récents
Facebook