Accueil > Le tueur et le journaliste

Critiques / Théâtre

Le tueur et le journaliste

par Gilles Costaz

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Deux hommes ont rendez-vous dans un théâtre. Le premier est chez lui dans ce lieu de spectacles, il prépare une mise en scène parmi de grandes marionnettes mais il est aussi … tueur professionnel. Le second est journaliste ; il est critique dramatique mais il a touché à d’autres formes de journalisme ; il est là pour enquêter sur le milieu du crime. Chacun est double et chacun cherche à se placer sur le terrain qu’il préfère, alors qu’une attitude réciproque de fascination les pousse à franchir la ligne du simple dialogue entre un artiste et un journaliste.
Deux rôles, et pourtant un seul acteur. Dominique Branier, auteur de la pièce, assure la double incarnation, en revendiquant les moyens de jeu les plus simples. Quand il est à gauche, dans un peu de pénombre, il est le criminel. Quand il est à droite, dans la lumière, il est le journaliste. La mise en scène de Jean-François Jumeau – bien nommé pour donner vie à une histoire de gémellité – vise à l’absence d’effets et à une tension essentiellement mentale. Cela marche plutôt bien, mais le texte de Branier aborde trop de sujets à la fois. Pourquoi des chansons de Léo Ferré ? Pourquoi cette personne étrangère dont on entendra la voix à la fin ? Cependant, ce principe du face à face avec un acteur dédoublé et ce scénario pervers exercent une certaines fascination, tandis que Dominique Branier a une belle présence de comédien.

A la fin de l’envoi de Dominique Branier, mise en scène de Jean-François Jumeau, avec Dominique Branier.

Comédie Saint-Michel, jeudi 21 h 30, samedi 18h, tél. : 01 55 42 92 97, jusqu’au 31 décembre.

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.