Accueil > Le prix de l’ADAMI à Quentin Defalt

Actualités / Théâtre

Le prix de l’ADAMI à Quentin Defalt

par Gilles Costaz

La compagnie Teknaï lauréate de l’Association pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Prix du Théâtre Adami 2016, doté d’un montant de 35 000 €, a été remis au théâtre du Rond-Point à Quentin Defalt par Jean-Jacques Milteau, Président de l’Adami, Jean-Paul Tribout, administrateur de l’Adami et Président du jury, et Christophe Barbier, parrain du Prix 2016. Depuis 2012, le Prix du Théâtre Adami, créé à l’initiative du Conseil d’Administration de l’Adami, a pour objet d’aider financièrement une compagnie pour la diversité de son activité, son talent d’interprétation et l’originalité de ses créations. Le jury, composé des membres du collège dramatique, a choisi cette année d’attribuer le Prix à la Compagnie Teknaï de Quentin Defalt.
Metteur en scène, réalisateur, directeur artistique de la compagnie Teknaï, Quentin Defalt a été formé tout d’abord au Conservatoire du 7e arrondissement de Paris puis à l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de la Ville de Paris. Il a créé La compagnie Teknaï en 1999 afin de mettre en scène Croisades de Michel Azama. Le noyau dur de cette compagnie s’est, par la suite, constitué de comédiens sortant de l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de la Ville de Paris. Si la compagnie a monté dans un premier temps deux textes de Michel Azama, elle s’est très vite attelée à écrire ses propres textes afin de coller au plus près des thèmes qu’elle souhaitait aborder : la solitude, l’isolement, la quête de soi. Ainsi, cette réflexion, ces thèmes, sont traités depuis 2009 autour d’un cycle : Les Cadouin. Avec ces pièce, la compagnie s’intéresse à la marge, ou à la culture populaire, ou à un événement historique qui bouleverse la structure sociale ; elle cherche ce qui anime celui ou celle qui n’a pas accès à ce que seraient censés offrir un pays ou une citoyenneté, qui se retrouve déclassé ou incapable de s’adapter.

Photo Thomas Bartel. De gauche à droite : Jean-Jacques Milteau, Christophe Barbier, Quentin Defalt, Jean-Paul Tribout.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.