Accueil > Le prix Jules Renard du théâtre à Jérôme Robart

Actualités / Actu

Le prix Jules Renard du théâtre à Jérôme Robart

par Gilles Costaz

L’auteur-comédien couronné à Autun

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans l’au-delà et sur terre, Jules Renard et Alphonse Allais s’entendent comme larrons en foire. C’est en effet l’Académie Alphonse Allais qui décerne les prix Jules Renard, les deux écrivains ayant amplifié leur familiarité dans l’Olympe où ils sont à présent. L’initiative de l’événement vient de la belle ville médiévale d’Autun, Saône-et-Loire, qui favorise et organise la remise de ces prix à l’occasion de sa Fête du livre dans son espace Hexagone. A l’Académie Allais, c’est le chancelier Xavier Jaillard qui préside aux travaux du jury et à la conception de la cérémonie. Jaillard, on le connaît comme auteur, acteur, chanteur, metteur en scène (il joue en tournée son dernier récital, Ce qui me fait rire, ce qui me fait pleurer). C’est aussi un chef de troupe et un orateur de choc – il a dirigé naguère le Petit-Hébertot, il a autrefois joué avec Francis Blanche. Avec sa verve truculente, il a donc remis les prix Jules Renard 2019.
Ce sont les suivants : Gand Prix du roman : Valérie Perrin pour Changer l’eau des fleurs (éd. Albin Michel). Premier roman : Nicolas Gaudemet pour La Fin des idoles (éd. Tohu Bohu). Prix spécial du Jury : Benoît Duteurtre pour En Marche (éd. Gallimard). Grand Prix de la chronique : Muriel Robin pour Fragile (éd. X O). Prix spécial du jury : Pierre Bénichou pour Les Absents, levez le doigt ! (éd. Grasset). Clap d’Or de l’écriture cinématographique : Pablo Munoz-Gomez pour Welkom, court métrage (Belgique)
Mais, comme le théâtre nous intéresse avant tout, c’est le Grand Prix de l’écriture théâtrale qui retient notre attention : Jérôme Robart l’a obtenu pour Le Lait de Marie. Le lauréat est un acteur très connu – il a été le commissaire Nicolas Le Floch dans la série de France 2. Mais il est aussi auteur et réalisateur. Deux de ses précédentes pièces, Eddy, F. de pute et JJ le Lover, ont été très remarquées ces dernières année. La nouvelle, Le Lait de Marie, qui se souvient du temps des nourrices, devrait créé cet été.
L’hommage à l’auteur de Poil de carotte comprenait aussi la représentation, au théâtre municipal, du spectacle imaginé et joué par Catherine Sauval, L’Homme qui voulait être un arbre : une remarquable transposition du Journal qui a été créée au théâtre de Poche, à Paris, et dont on espère la reprise prochaine. Deux des principaux hommes politiques de la région, le député Rémy Rebeyrotte et le maire d’Autun, Vincent Chauvet, étaient présents au moment de la remise des prix. Des hommes politiques qui trouvent le temps de créer et de suivre jusqu’au bout des événements culturels, voilà qui n’est pas banal…

Photo : au premier rang, Jérôme Robart et Pablo Minoz-Gomez ; au second rang, Josette Joyeux (adjointe à la Culture, Autun), Catherine Sauval, Bernard Menez, l’envoyé spécial de Webtheatre, Xavier Jaillard.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.