Accueil > Le Chien d’Eric-Emmanuel Schmitt

Critiques / Théâtre

Le Chien d’Eric-Emmanuel Schmitt

par Gilles Costaz

Le secret d’un homme

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce n’est pas une pièce. C’est un récit, une nouvelle que Marie-Françoise et Jean-Claude Broche ont choisi de présenter au théâtre, sans l’adapter vraiment, en faisant dire, vibrer le texte par deux acteurs. Après le succès du spectacle dans le off d’Avignon, au nouveau Roseau Théâtre, ils le présentent au Rive Gauche. Schmitt s’est inspiré d’une histoire vraie. Dans une ville belge, un médecin ne se sépare jamais de son chien. Les gens ont l’impression que ce chien, un beauceron, est éternel. En effet, au fil des ans, l’homme reprend toujours un chien de la même race. Cet attachement à un type de chien repose sur un secret, une histoire que l’homme ne raconte jamais. Ce docteur se comporte comme si la vie était belle et sans nuages. Or il a échappé à la mort dans un camp de concentration. C’est là, dans l’horreur du camp, qu’un chien a bouleversé sa vie.
Le texte comporte de beaux aphorismes, comme celui-ci : « Si les hommes ont la naïveté de croire en Dieu, les chiens ont la naïveté de croire en l’homme. » C’est surtout un écrit très simple, sans effets, qui déroule le mystère d’une existence. Si l’on n’a pas de passion pour les animaux, on pourra penser que la Shoah ne s’évoque pas à travers ce prisme-là, qu’il y a de la sensiblerie à s’attarder sur l’amitié entre l’homme et la bête alors qu’un génocide ne peut s’observer que dans son effarante négation de l’être humain. Mais il y a des parenthèses, des miniatures, des lueurs comme celle-ci qui s’inscrivent dans les marges d’une vision globale. Le spectacle est d’une belle émotion, car Marie-Françoise et Jean-Claude Broche ont banni toute mise en relief trop théâtrale. Pas de décor, juste deux cubes comme mobilier minimal et la présence des deux comédiens. Mathieu Barbier, dans le registre de la douceur, et Patrice Dehant, comme hanté par une blessure cachée, interprètent parfaitement ce Chien dans un style pur où n’entre aucun pathos.

Le Chien d’Eric-Emmanuel Schmitt, mise en scène de Marie-Françoise et Jean-Claude Broche, avec Mathieu Barbier et Patrice Dehent.

Théâtre Rive Gauche, 19 h, tél. : 01 43 35 32 31, jusqu’au 11 décembre. Texte chez Albin Michel. (Durée : 1 h 05).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.