Accueil > La Peste d’Albert Camus

Critiques / Théâtre

La Peste d’Albert Camus

par Gilles Costaz

Un homme et un roman

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Loïc Pichon est doublement dans l’actualité. Il joue l’un des moines dans le film de Xavier Beauvois, Des dieux et des hommes, qui est l’un des événements de l’année. Et il crée lui-même son propre spectacle, La Peste d’après Albert Camus, qu’il donne à Paris et tournera ensuite à travers la France. La Peste est un roman qui a déjà été porté à la scène, notamment par Francis Huster. Dans l’interprétation d’Huster, l’on vivait surtout dans l’angoisse et la tragédie. Le livre conte en effet le surgissement d’une épidémie à Oran : d’abord les rats sont frappés, puis c’est le tour des hommes. Des médecins, et surtout le docteur Rieux, affrontent la peste et les comportements irrationnels auxquels s’abandonne volontiers la population. La médecine et la morale vont entamer une lutte longue et difficle. La peste va être vaincue, les habitants de la ville vont retrouver la joie mais Rieux ne cèdera pas à la liesse ; il sait que le virus peut revenir à tout moment, que le mal n’est jamais effacé et que le combat de l’amour et de la rigueur n’est jamais totalement gagné.
A la différence d’Huster et de sa vison agitée et noire (qui avait de la gueule, mais « théâtralisait » beaucoup), Loïc Pichon offre une interprétation à la fois intériorisée et lumineuse. En costume blanc, il joue sur une scène nue. Il y a juste un tabouret près de lui. Le comédien ne s’appuie donc que sur le texte qu’il ne donne pas dans son intégralité, mais très abondamment. Ce n’est pas un squelette de livre, il y a toute la chair ! Le jeu est sobre. La voix caresse les mots et épouse la sinuosité de l’histoire. A de rares moments, l’émotion ou la colère deviennent visibles sur le visage et dans la vibration de la voix. Il y a là un exploit – porter seul ce long texte pendant une heure et demie – mais surtout l’incarnation théâtrale d’une grande œuvre littéraire. L’exercice est austère mais fascinant, car il trouve l’équivalent en scène de la chaleur masquée de l’écriture de Camus.

La Peste d’Albert Camus, interprété et mis en scène par Loïc Pichon.
La Huchette, tél : 01 43 26 38 99, 21h00 jeudi et vendredi, 15h30 les samedi, jusqu’à la fin novembre (durée : 1h25).

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.