Accueil > La Loi des prodiges de François de Brauer

Critiques / Théâtre

La Loi des prodiges de François de Brauer

par Gilles Costaz

L’homme qui n’aimait pas l’art et les artistes

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un homme paraît en uniforme type soviétique. Le noir se fait, la lumière jaillit à nouveau. L’homme revient en chemise beige. Ce narrateur, qui va incarner une flopée de personnages, nous conte l’histoire d’un certain Goutard, de son enfance au grand âge adulte, de ses petitesses quand il était gamin à ses diktats quand il est enfin le tyran aperçu fugitivement dans les premières minutes. Goutard est porté par la haine de l’art et de tous ceux qui aiment les expressions artistiques. Rien de plus néfaste que la peinture ou le théâtre ! Sur un plateau de téléivsion et à l’Assemblée, Goutard dit et faittout ce qu’il peut pour faire reculer la place de l’art. On le conteste. Ses proches discutent ses propos. Mais il gagne. Sa réforme est adoptée et il devient le maître incontesté de la politique anti-artistes.
François de Bauer est un acteur étonnant. Sans artifices, il compose une galerie d’individus contrastés, pour revenir sans cesse à Goutard, avec un jeu d’une précision impressionnante. C’est l’auteur de Brauer qui est moins convaincant. En elles-mêmes, les scènes sont toutes drôles. Mais leur succession n’est pas d’une clarté absolue, comme si de Brauer ne trouvait pas sa manière, son style. On saute d’un comique de sketch à une distorsion proche de Gogol, sans que l’ensemble trouve une tonalité, une patte dominantes. François de Brauer est néanmoins en très bonne voie, d’autant plus que sa croisade – son texte est finalement un pamphlet romancé contre le ministère de la Culture et les services publics qui se désengagent de leur soutien aux artistes et comédiens – est urgente en lui et urgente pour nous.

La Loi des prodiges ou la Réforme Goutard, écriture et interprétation de François de Brauer, collaboration artistique de Louis Arene et Joséphine Serre, lumières de François Menou, costumes de Christelle André.

En tournée, après les représentations au théâtre de la Tempête : 26 mai : Saint-Christol-lès-Alès • 2 juin : Festival l’Ile au Théâtre, Montesquieu-Volvestre • 29 juin : Festival Gueules de Voix, Saint-Jeannet.

Photo Ugo Mechri.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.