Accueil > Haute-Autriche de Franz-Xaver Kroetz

Critiques / Théâtre

Haute-Autriche de Franz-Xaver Kroetz

par Gilles Costaz

Amour et pauvreté

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Heinz et Anni sont un jeune couple qui entre dans la vie avec l’illusion du bonheur facile. Lui est livreur, elle travaille dans un bureau. Tout leur paraît enchanteur jusqu’au jour où Anni révèle à Heinz qu’elle est enceinte. Elle veut garder l’enfant, lui n’en veut pas parce qu’ils n’ont pas les moyens de nourrir une bouche de plus. Ils font les comptes : même en supprimant quelques bières, ils n’y arriveront pas. Ils parlent d’avortement, une épreuve qui risque de désintégrer leur couple…
Kroetz a été l’une des grandes figures du « théâtre du quotidien ». Cet auteur allemand a beaucoup contribué à réintroduire la réalité dans un art parfois trop tenté par le lyrisme et le narcissisme. Avec Kroetz, la sauvagerie
de la vie moderne cogne ! Ses pièces, qui ont pu paraître liées à un temps révolu, retrouvent une forte actualité avec l’appauvrissement généralisé des classes moyennes et du prolétariat. Didier Perrier met dans le mille en montant Haute-Autriche  : cet étouffement d’un couple par un salariat misérable est tout à fait à l‘ordre du jour. Sa mise en scène estompe la crudité du réalisme grâce à une esthétique qui change régulièrement de perspective, une scène sans cesse recadrée par la lumière, le jeu des rideaux, le déplacement des objets et la relation changeante entre les comédiens. Mélanie Faye incarne une épouse naïve, dominée et blessée avec une justesse délicate, Laurent Nouzille compose le personnage du mari dans l’exact équilibre où cohabitent la tendresse et la dureté. Chantal Laxemaire chante, par moments, à l’avant-scène des airs écrits en anglais ; elle le fait avec talent mais c’est sans doute une erreur d’avoir tant entouré cette pièce allemande d’une langue qui ne lui correspond pas. C’est partiellement justifié par le fait que le personnage de l’époux aime la guitare et les chansons à la mode. Mais cela anglicise une pièce inscrite dans la vie allemande et autrichienne. Défaut qui compte peu dans la perception d’un spectacle finement joué et architecturé.

Haute-Autriche de Franz-Xaver Kroetz, traduction de Claude Yersin, mise en scène de Didier Perrier, chant et musique de Chantal Laxenaire, scénographie d’Olivier Droux, costumes de Céline Kartès, lumières de Jérôme Bertin, son d’Hélène Cœur, vidéo de Claude Cariou et Antoine Gérard, avec Mélanie Faye et Laurent Nouzille.

Vingtième Théatre, 19h30, tél. : 01 48 65 97 90, jusqu’au 6 décembre. (Durée : 1 h 20).

Photo Amin Toulors.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

  • Haute-Autriche de Franz-Xaver Kroetz 22 juillet 2015 13:02, par rablet nadine

    bonjour,

    j’aimerais savoir la prochaine programmation de la pièce de théâre haute-Autriche après le festival d’Avignon
    merci beaucoup pour votre information.
    cordialement
    nadine rablet

    repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.