Accueil > Gros plan sur Julia Vidit

Affiches / Actu

Gros plan sur Julia Vidit

par Gilles Costaz

Une nouvelle façon de toucher le public

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Comme l’ont montré ses mises en scène du Faiseur de théâtre de Thomas Bernhard, des Illusions de Viripaev ou du Menteur de Corneille, pour ne citer que les plus récentes, Julia Vidit est une personnalité marquante parmi les artistes des nouvelles générations qui réinventent, en même temps que la représentation théâtrale, le principe des relations avec le public (elle préfère dire « les publics »). Aussi passionnée par les auteurs contemporains que par les classiques, elle innove en allant au-delà des circuits institutionnels. L’activité de sa compagnie Java Vérité, son compagnonnage avec le jeune auteur Guillaume Cayet, ses propres créations méritent qu’on mette en lumière sa singularité.
Votre compagnie, Java Vérité, installée à Nancy, est conventionnée par la DRAC Grand Est. Vous avez été artiste associée à la Manufacture de Nancy. Mais l’on voit vos spectacles partout en France. Quelle est votre principale mission ?
Il y a parfois, dans ce que je fais, un grand écart entre les pièces modernes et les classiques, les tournées dans de grandes structures et notre projet d’itinérance artistique. Ce projet, dont je suis très fière, s’appelle L’Autour ; il se déroulera dans le Grand Est et nous allons donner une douzaine de représentations. Cela se passera hors des grands équipements, dans des lieux divers, comme des exploitations agricoles. Nous créerons une pièce de l’auteur qui est associé à ma compagnie, Guillaume Cayet : Dernières Pailles. C’est une action différente des « créations partagées », que nous faisons régulièrement, qui sont des créations faites à partir d’échanges avec les publics et imaginées en complicité avec une structure culturelle.
Qu’est-ce que Dernières Pailles ?
C’est à la fois un projet politique et une histoire familiale. Cela parle d’une ferme dans un village de l’Est (j’ai connu à Bussang Guillaume Cayet, né en Lorraine, avant qu’il devienne étudiant en écriture à l’ENSATT). Après la mort du père, les deux fils se retrouvent, puisque l’un avait quitté le village. Ils discutent de l’avenir de l’exploitation, leurs femmes ont d’autres points de vue ; elles ont une pensée qui va au-delà de la pensée des hommes. Les conversations deviennent un combat d’idées, un combat terrible. L’écriture semble réaliste mais le dialogue est étonnant, il va très loin.
Pourquoi cette compagnie s’appelle-t-elle Java Vérité ?
Quand j’étais au Conservatoire, Caroline Marcadé m’avait donné ce nom pour un spectacle. J’étais celle qui ne pouvait s’empêcher de dire la vérité ! J’ai retenu ce nom et j’ai compris bien plus tard pourquoi... d’abord pour explorer cette notion avec Musset, Desproges ou Bernhardt. Aujourd’hui, je m’intéresse à la multiplicité des points de vue et j’adosse volontiers le mot conscience à celui de vérité. Quant à Java, cela renvoie au mouvement, à l’idée de vertige. J’aime un inconfort qui serait constructif, à l’opposé d’un certain confort chaotique tel qu’il existe aujourd’hui.

Compagnie Java Vérité 87 rue de la Colline
54000 Nancy, tél : 03 54 12 26 39. Spectacles en tournée : Le Menteur de Corneille, Le Menteur 2.0 de Guillaume Cayet. A venir dans le cadre de L’Autour : Dernières Pailles de Guillaume Cayet.
26 et 27 avril : L’Homme Debout – Madecourt (88). 3 et 4 mai / Ferme de VAU – Midrevaux avec le Trait d’Union et la Communauté de Commune de l’Est Vosgien (88) / 5 mai : Contrexéville (88) / 7 et 8 mai : Ferme du Plateau de Haye – Maxéville (54). 9 et 10 mai / GAEC du Prarupt – Saulxures-les-Nancy (54). www.javaverite.fr

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.