Accueil > Goodbye Charlie

Critiques / Comédie & Humour

Goodbye Charlie

par Marie-Laure Atinault

Le retour de Marie-Anne Chazel sur une scène parisienne.

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Une chanson des années soixante dix de Gilbert Bécaud scandait « Charlie tu n’iras pas au paradis ! », elle résume assez bien la morale de cette comédie menée par une Marie-Anne Chazel pétulante en diable !

Charlie est un homme qui a beaucoup charmé, beaucoup trompé puisque de son vocabulaire les mots honnêteté et fidélité sont rayés depuis longtemps, mais les mots séduction, débauche sexuelle sont écrits eux en lettre de feu. L’oraison funèbre est un peu difficile. Charlie est mort bêtement en passant par un hublot afin d’éviter la vindicte d’un mari chatouilleux sur son honneur !!!!
Il y a peu de monde pour accompagner Charlie dans sa dernière demeure : George (Eric Laugérias) son meilleur ami, Franny (Isabelle Tanakil) qui n’a jamais eu de liaison avec Charlie mais qui le pleure beaucoup, Irving (Serge Ridoux) son agent qui pleure beaucoup …des rentrées substantielles, et Rusty (Christelle Reboul) la dernière conquête du défunt. Resté seul, George est encore bouleversé par la fin tragique et stupide de son ami, quand il surprend une femme dans l’appartement de Charlie. Elle se comporte en terrain conquis et sait tout de lui. Elle est Charlie Baker ! Réincarné en femme le coureur de jupon, va connaître les inconvénients et les tracas de l’autre sexe. Quel coup du sort. George va encore une fois aider son ami, pardon son amie.
Les œuvres de George Axelrod sont plus connues que leur auteur, le scénariste de « Sept ans de réflexion », répond à une question que nous nous sommes tous posée, celle du sexe opposé, « et si j’étais un homme ? », ou « si j’étais une femme ? ». En l’occurrence Charlie qui aime tant les femmes, se retrouve dans la peau d’une blonde, supplice de Tantale et dilemme Cornélien sont au programme. Si la pièce semble un peu datée, c’est un véritable plaisir de revoir Marie-Anne Chazel qui mène cette comédie, en vraie tornade des planches. Sa bonne humeur, son entrain et sa composition de garçon à l’étroit dans un corps de femme enlève le morceau. Pas facile de porter des robes quand on a eu l’habitude de les trousser. Marie-Anne-Charlie si elle fait rire avec son énorme capital de sympathie, sait faire passer de jolis sentiments. En face d’elle, Eric Laugérias est impeccable en ami fidèle. Toute la distribution est parfaitement juste. Une heure trente de rire est toujours un moment de bonheur.

Goodbye Charlie
Une comédie de George Axelrod, adaptation de Dominique Deschamps et Didier Caron, mise en scène de Didier Caron, avec Marie-Anne Chazel, Serge Ridoux, Eric laugérias, Isabelle Tanakil, Christelle Reboul
Théâtre de la Michodière 01 47 42 95 22

Photo : Steve Bouteiller

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.