Accueil > Diderot Bagarre de Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot

Critiques / Théâtre

Diderot Bagarre de Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot

par Gilles Costaz

Le temps des Lumières

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Notre devise est : Sans quartier pour les superstitieux, pour les fanatiques, pour les ignorants, pour les fous, pour les méchants et pour les tyrans ». Ainsi Diderot parlait-il à Voltaire dans une de ces lettres échevelées dont il avait le secret. C’est dans cette foisonnante correspondance que Régis de Martin-Donos et Muriel Brot ont pris le formidable matériau qui constitue leur pièce axée sur la « bagarre », le conflit avec tous les opposants des Lumières. Mais ils ont imaginé une situation irréelle, fantomatique, qui rompt avec les dialogues à l’ancienne style « La caméra explore le temps ». Ici, Diderot rencontre un personnage qui le déconcerte quelque peu : c’est un éclairagiste d’aujourd’hui, un jeune homme qui travaille dans un théâtre et se met à dialoguer avec le maître arrivant au XXIe siècle depuis la nuit des temps. Le plus souvent, les paroles sont de Diderot lui-même. Mais les auteurs font aussi parler le jeune homme, parfois naïvement, parfois habilement. La mise en scène de Régis de Martrin-Donos épouse le mouvement de ce texte turbulent et s’amuse du décalage entre temps des Lumières et temps de l’électricité et de l’éclairage.

Il y a un peu d’artifice dans cette rencontre imaginaire, mais aussi beaucoup d’humeur, d’humour, de brio, de malice, de dispute au plus haut degré. Diderot faisant feu de tout bois, c’est une fête de l’esprit. Dans son incarnation de l’écrivain, Jean-Baptiste Marcenac est convaincant. Il dessine un personnage brûlant, présent mais la tête dans les étoiles, joyeux mais fermant soudain les écoutilles. Face à lui, Quentin Moriot, qui campe l’éclairagiste, est un jeune acteur de tempérament, vif, rapide, une sorte d’Arlequin saisi par la philosophie. Tout cela n’est pas scolaire et produit des éclairs.

Diderot Bagarre de Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot, mise en scène de Régis de Martrin-Donos, scénographie de Gérard Espinosa, costumes de Marie Delphin, lumières de Frédéric Bellet, son de Serge Monségu, avec Jean-Baptiste Marcenac et Quentin Moriot. Poche-Montparnasse, 19 h 30 sauf lundi, dimanche 17 h, tél. : 01 45 44 50 21, jusqu’au 26 mai. Texte à L’Avant-Scène Théâtre. (Durée : 1 h 05).

© Pascal Gély

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.