Accueil > Delta Charlie Delta de Michel Simonot

Critiques / Théâtre

Delta Charlie Delta de Michel Simonot

par Gilles Costaz

Clichy-sous-Bois, 2005 : une tragédie d’aujourd’hui

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

C’était en octobre 2005. A Clichy-sous-Bois, en région parisienne, trois adolescents se sentent pourchassés par la police. On a toujours peur de la police. Encore plus quand on n’a pas commis la moindre faute. Ils courent, se transformant ainsi en coupables présumés, cherchent un abri, une cachette, Ils entrent dans un transformateur électrique. L’indication « danger de mort » est visible. Mais c’est tout ce qu’ils ont trouvé. Les policiers voient bien que ces jeunes gens risquent de mourir. Mais ils ne préviennent pas immédiatement EDF. Quarante minutes d’écoulent. Alors, la phrase des pompiers « Delta Charlie Delta », qui dit à mots couverts qu’un décès vient d’avoir lieu, retentit : deux des gamins ont été électrocutés à mort, le troisième a été touché mais survivra. La jeunesse de Clichy-sous-Bois se révolte. Des émeutes secouent la ville…Le procès se fera attendre. Il aura lieu près de dix ans plus tard. Relaxe des policiers…
Cette histoire est l’un des scandales de notre république. Un groupe d’auteurs, Petrol, a écrit des pièces brèves sur cette tragédie. L’un de ses membres, Michel Simonot, a décidé de poursuivre son travail d’auteur, d’atteindre une autre dimension théâtrale, avec un texte plus ample. Il a travaillé à partir des tweets envoyés par les journalistes pendant le procès. Il n’a pas recopié ses tweets, a mêlé le réel et le fictif, mais le rythme des phrases courtes du tweet (140 caractères par message) est dans sa tête. L’œuvre est martelée, psalmodiée. Elle est en sept mouvements, qui vont du fait brut au lyrisme et à l’envol mythologique, de la sècheresse à la compassion et au cri tragique. Tout naît de la parole d’un coryphée, le Chroniqueur, qui, dans le spectacle, est joué par une actrice d’une grande puissance, Clotilde Ramondou..
Justine Simonot, pour sa mise en scène, a inventé l’espace – il est élastique et infini, sans décor - , les déplacements et l’apparence changeante des acteurs qui s’effacent ou viennent au premier plan. Elle a joué sur différentes formes de déclamation et d’interventions, sur les sons aussi, avec la présence d’Annabelle Playe qui, à l’ordinateur, lance en direct une musique particulièrement prégnante. Alors que Clotilde Ramondou est magnifiquement la voix de la cité et des hommes, Xavier Kuentz, Zacharie Lorent, Alexandre Prince et Catherine Salvini incarnent les différents personnages et les différentes voix imaginées par l’auteur. Avec une écriture à la fois froide et passionnée et une belle mise en scène d’une complexité invisible, voilà du grand théâtre politique qui crée le langage de ce que peut être la tragédie dans le monde d’aujourd’hui. (Donné à l’Echangeur de Bagnolet, le spectacle sera repris en tournée la saison prochaine).

Delta Charlie Delta de Michel Simonot, mise en scène de Justine Simonot,
Pierre Longuenesse, collaboration artistique
Jean-Gabrie Valot, lumières
création musicale et collaboration vocale d’Annabelle Playe
avec Xavier Kuentz, Zacharie Lorent, Alexandre Prince, Clotilde Ramondou, Catherine Salvini.

La tournée :
- du 5 au 10 novembre 2018 : 10 représentations à Anis Gras, Arcueil (94) .
- le 10 janvier 2019 : 2 représentations au Théâtre de la Tête Noire, scène conventionnée, Saran (45) .
- du 11 au 13 février 2019 : 3 représentations aux Treize Arches, Brive, Scène Nationale (19).
- le 19 février 2019 : 1 représentation au Scènes Croisées de Lozère, scène conventionnée, Mende (48).
- le 21 février 2019 : 1 représentation au Théâtre du Périscope, Nîmes (30) . (Durée : 1 h 30). Texte aux éditions Espaces 34.

Photo jgab..

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.