Accueil > Crime et Châtiment d’après Dostoïevski

Critiques / Théâtre

Crime et Châtiment d’après Dostoïevski

par Gilles Costaz

Raskolnikov et les autres

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On a beaucoup vu d’adaptations de Crime et Châtiment au théâtre. Rien n’est plus fascinant que la folle descente aux enfers de Raskolnikov qui estime qu’on peut tuer un être inférieur si l’on est soi-même un être supérieur, passe à l’acte en assassinant une usurière et sa sœur, fait face crânement au juge Porphyre, se transforme sous l’effet de l’amour qui lui apporte la prostituée Sonia et, entré dans la voie de la rédemption, se soumet à la justice et à la condamnation au bagne... Virgil Tanase surprend par son adaptation qui prend un autre parti pris que les versions existantes. Il suit le parcours de Raskolnikov mais donne une grande importance au personnage de Svridigaïlov, l’individu très douteux qui investit l’entourage du jeune homme. Tanase, d’une façon plus générale, remet au premier plan l’humanité proche de Raskolnikov que les précédents adaptateurs ont eu tendance à effacer et que les lecteurs, aussi, ont été enclins à oublier.
Tanase est quelqu’un de peu banal. Ce Roumain de Paris est un écrivain, un essayiste (ses deux biographies de Dostoïevski et de Tchekhov, en Folio-Essais, sont remarquables) et un homme de théâtre. Il n’avait pas fait de mise en scène depuis quelque temps, mais le re-voilà avec un spectacle qui ne correspond pas à nos habitudes françaises et donc nous surprend heureusement. Le décor se résume à quelques éléments qui se déplacent, permettant aux scènes de se dérouler dans un vif enchaînement, presque simultanément. Les personnages ne quittent pas tous le plateau quand ils n’interviennent pas, de sorte que les diverses actions ne sont jamais vraiment interrompues. Thibaut Wacksmann interprète très justement un Raskolnikov brumeux et fiévreux. Liana Fulga est sans doute un peu âgée pour le rôle de Sonia, mais c’est une grande actrice, d’une très forte présence. Serge Le Lay compose un juge Porphyre original, puisqu’il injecte une belle ironie dans des interrogatoires aux allures mondaines et aux intentions souterraines. Laurent Le Doyen est un Svidrigaïlov tout à fait romanesque. Laurence Guillermaz, Morgan Perez, Arthur Toullet, Noémie Dalies et Barbara Grau ont eux aussi chacun une façon particulière d’exister. Virgil Tanase a su créer avec ses comédiens un sorte de tableau mobile, d’objet théâtral continu et multiple, dont l’originalité est tout à fait convaincante.

Crime et Châtiment d’après Dostoïevski, adaptation, mise en scène et conception scénographique de Virgil Tanase, costumes de Doïna Levintza, avec Serge Le Lay, Thibaut Wacksmann, Arthur Toullet, Morgan Perez, Laurence Guillermaz, Liana Fulga, Noémie Dalies, Laurent Le Doyen, Barbara Grau.

Lucernaire, 21 h 30, tél. : 01 45 44 57 34, jusqu’au 13 septembre. (Durée : 1 h 50).

Photo Claire Besse

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.