Accueil > Contractions de Mike Bartlett

Critiques / Théâtre

Contractions de Mike Bartlett

par Gilles Costaz

Ruse contre ruse

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

A peine créée au Royal Court à Londres en 2008, la pièce de Mike Bartlett a été traduite dans différentes langues, tant elle parle avec une justesse diabolique du monde où nous vivons. Le diable, dans ce cas, ce n’est pas l’auteur, l’excellent Mke Bartlett, mais l’univers de l’entreprise, et la direction des ressources humaines aussi paternaliste que monstrueuse. L’œuvre est constituée des échanges parlés et écrits entre une responsable du personnel d’une puissante société et l’une des employées. La jeune employée, dont la fonction est importante, donne toute satisfaction. Mais, très vite, l’observation de la représentation de la direction vire à l’espionnage et l’examen de la vie professionnelle à l’enquête sur la vie privée. Les relations de la jeune femme avec un jeune homme d’un autre service ne dépassent-elles pas les limites autorisées par la direction ? Ne sont-ils pas en train d’avoir une histoire de sexe ou d’amour ? Ne projettent-ils d’habiter ensemble ? L’entreprise voit tout et menace.. La vie de son personnel est son affaire…

Elsa Bosc et Yaël Elhadad ont pris le parti de mettre en scène elles-mêmes la pièce dont elles jouent les deux rôles. Assises à deux bureaux parallèles, disposés en ligne droite à l’avant-scène, elles jouent la dominante et la dominée. Elsa Bosc incarne la manager dans une belle dureté policée. Yaël Elhadad campe la jeune Emma dans une délicate sensibilité blessée et combative. L’affrontement est violent mais sa force théâtrale vient de l’ambiguïté permanente des répliques. Rien n’est direct : l’ignominie se pare de la meilleure éducation. L’entreprise frappe avec la plus extrême courtoisie. La victime ne peut répondre frontalement et ne peut être totalement sincère. C’est ruse contre ruse : ruse du plus fort et ruse du plus faible. Elsa Bosc et Yaël Elhadad tiennent admirablement tous les rôles : les leurs et celui du metteur en scène.

Contractions de Mike Bartlett, traduction de Kelly Rivière, mise en scène d’Elsa Bosc et Yaël Elhadad, lumières de Virginie Watrinet, avec Elsa Bosc et Yaël Elhadad.
Paris-Villette, tél. : 01 40 03 72 23, jusqu’au 8 février. Texte chez Actes Sud Papiers. (Durée : une heure).

Photo Manu Drouot

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.