Accueil > Chat Perché - opéra rural d’après Marcel Aymé

Critiques / Jeune Public

Chat Perché - opéra rural d’après Marcel Aymé

par Caroline Alexander

Délices et cocasseries d’un zoo chantant et…pensant

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Entre 1934 et 1946 Marcel Aymé dédie Les Contes du Chat Perché, série de fables animalières aux enfants âgés de « 4 à 75 ans ». Les loups, les jars, les cygnes, moutons ou autres chats y sont dotés de paroles et de raisonnements qui ne sont pas tout à fait les nôtres mais qui y ressemblent singulièrement.

Entre 2010 et 2011, Caroline Gautier, musicienne, chanteuse, chercheuse, metteur en scène pioche dans le bestiaire de l’auteur de La Jument Verte et en tire un « opéra rural » en compagnonnage avec le compositeur Jean-Marc Singier.

Delphine et Marinette, les filles des braves paysans pas très futés, surveillent en copines observatrices les hôtes à pattes et à plumes de la ferme familiale : le cochon bien gras qui veut maigrir pour ressembler au paon vantard et faire le beau comme lui ou comme la cousine Flora qui vocalise d’aise pour exhiber ses plus belles robes. Un canard géographe fait répéter les leçons puis prend la fuite pour échapper aux parents qui le trouvent bien appétissant. Il reviendra à la ferme flanqué d’une panthère qui se laisse apprivoiser comme un toutou mais qui en secret rêve de déguster des cochonnailles…

Subtils commentaires musicaux

Une haie aux allures de tuyaux d’orgue signe l’alliance de la musique avec l’histoire. Derrière elle la « fanfare » des musiciens de l’Ensemble 2E2m interprète en farce et bonhommie les subtils commentaires musicaux de Singier. Ils complètent le zoo de la ferme, la clarinette basse devient l’oie au long cou, saxophones, trompettes, trombones et percussions parodient les espèces, tandis que le contre ténor Robert Expert parade en paon, que le ténor Marc Molomot se dandine en cochon irrésistible de drôlerie, que Sonia Bellugi lance haut les trilles irisées du canard tandis que Salomon Baneck-Asaro, jeune danseur aux origines mêlées de Sicile et du Cameroun prête à la panthère d’incroyables reptations, sauts et autres figures hip hop tout en s’offrant le luxe de pousser quelques airs en chants pointus. C’est l’un des défis que relève Caroline Gautier en confiant les rôles de Delphine et Marinette à Anne-Claire Gonnard et Johanna Hilaire, adorables danseuses et contorsionnistes qu’elle fait jouer et chanter comme des comédiennes/chanteuses.

Cocasse et poétique, un spectacle tout public qui après sa création et aux première représentations à l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille (11/19 mars) entreprend un longue tournée

Chat Perché, opéra rural d’après Les Contes du Chat Perché de Marcel Aymé, conception livret et mise en scène Caroline Gautier, mise en musique Jean-Marc Singier, Ensemble 2E2M, direction Pierre Roullier, scénographie Bruno de Lavénère, costumes Skinazi, chorégraphie Dominique Boivin, lumières Daniel Levy. Avec Johanna Hilaire, Anne-Claire Gonnard, Sylvie Althaparro, Michel Hermon, Marc Molomot, Robert Expert, Sonia Bellugi, Salomon Baneck-Asaro.

En tournée :

Théâtre Forum Meyrin à Genève, les 22 et 23 mars à 19h (+41 (0)22 989 34 34)

Mâcon Scène Nationale, le 25 mars à 20h30 (03 85 22 82 99)

Vitry Théâtre Jean Vilar, le 27 mars à 16h (01 55 53 10 60)

Scène Nationale d’Orléans, les 30 & 31 mars à 20h30 (02 38 62 75 30)

Bonneuil sur Marne, salle Gérard Philipe le 9 avril à 20h30 (01 45 13 88 24)

Théâtre de Vevey en Suisse, le 15 avril à 19h30 (+41 (0) 21 925 94 94)

Crédits photos : Xavier Pinon / Opéra national de Paris

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.