Accueil > Alors que j’attendais de Mohammad Al Attar

Critiques / Théâtre

Alors que j’attendais de Mohammad Al Attar

par Gilles Costaz

Un homme en état de mort clinique, à Damas

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Une troupe de théâtre syrienne est à Paris, avant de faire une courte tournée en France. C’est celle d’Omar Abusaada, dont le spectacle Alors que j’attendais a déjà été présenté avec succès au festival d’Avignon et arrive, à présent, au Festival d’automne. Comment fait-on encore du théâtre aujourd’hui à Damas ? Cette pièce y répond indirectement à travers une histoire assez banale en des temps de folie guerrière et clanique : un homme, proche d’opposants au régime, a un accident de voiture mais tout porte à croire qu’on l’accident a été provoqué. L’homme est dans le coma. L’auteur, Mohammad Al Attar, imagine que la victime, dans son inconscience, perçoit ce qui se passe autour de lui et pour lui. Comment la vie de ses proches se déroule dans l’obsession de l’absent ? Pendant un an, sa compagne, son meilleur ami, sa soeur et sa mère retracent son existence, s’interrogent sur cette société faite à la fois de douceur et de violence et affrontent le mensonge et l’indifférence.
« Mettre en scène ce coma, c’est une façon de penser à tous ceux qui ne sont pas avec nous et dont nous ne connaissons pas la destinée, à leurs mères, à tous ceux qui sont dans le doute, qui est l’une des plus grandes tragédies pour le peuple syrien aujourd’hui », a dit Omar Abusaada à Mélanie Drouère. C’est ce que l’on ressent à la vision de cette soirée qui se déroule dans un décor composé de quatre aires de jeu. Les acteurs sont dans l’émotion et la pudeur. L’image donnée de la femme est pleine de noblesse et sans tabous. A Avignon, le public faisait un triomphe à la troupe. L’auteur Mohammad Al Attar, le metteur en scène Omar Abusaada et les interprètes le méritent pleinement.

Alors que j’attendais de Mohammad Al Attar, mise en scène d’Omar Abusaada, scénographie de Bissane Al Charif, lumières de Hasan Albalkhi, Abdulhamid Khalifeh, vidéo de Reem Al Ghazzi, avec Amal Omran, Mohammad Alarashi, Nanda Mohammad, Reham Kassar, Mouiad Roumieh, Mohamad Al Refai. Spectacle en arabe surtitré.

Tarmac, tél. : 01 43 64 80 80, du 12 au 15 octobre.Puis en tournée : les 26 et 27 octobre : Onassis Cultural Center, Athènes, Grèce. Les 18 et 19 novembre : Les Bancs Publics, Marseille. Du 24 au 26 novembre : Théâtre du Nord, Lille. (Durée : 1 h 30).

Photo Didier Nadeau.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.