Accueil > « Viktor », une « pièce voyageuse » de Pina Bausch

Critiques / Danse

« Viktor », une « pièce voyageuse » de Pina Bausch

par Yves Bourgade

En ouverture de la saison hors-les-murs du Théâtre de la Ville

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Obligé à des travaux, le Théâtre de la Ville à Paris aura une saison 2016-2017, ainsi que partiellement la suivante notamment celle de danse, éclatée dans divers lieux de la capitale.

Le ballet « Viktor », une des « pièces voyageuses » de Pina Bausch par sa compagnie Tanztheatr Wuppertal, affiché au Châtelet du 3 au 12 septembre 2017, lance cette nouvelle saison de danse qui compte trente autres rendez-vous. Y voisinent, comme toujours, des habitués du Théâtre de la Ville et des nouveaux venus.

Nous ne pouvons que répéter que l’occasion est encore unique de voir un spectacle de Pina Bausch, encore fidèle à l’enseignement et à l’esprit de la chorégraphe, décédée en 2009, la compagnie de Wuppertal comptant, en effet, des membres qui ont travaillé sous la conduite de la chorégraphe.

« Viktor » est le premier chapitre d’un cycle qui témoigne de la formidable réceptivité de son auteur au monde, de son aptitude à en saisir les côtés positifs et colorés et de faire partager au public son empathie. L’Italie et Rome en particulier, Pina Bausch les avaient découvertes en participant en 1983 au film de Federico Fellini « E la nave va » dans lequel elle interprétait une cantatrice aveugle. S’en suivit une commande du Teatro Argentina de Rome, « Viktor » créée en 1986, du nom d’un personnage dont personne ne sait qui il est, sauf Pina Bausch…

Selon le même principe, après trois semaines d’imprégnation du lieu, la chorégraphe créera les années suivantes de nouvelles pièces inspirées par Palerme, Hong Kong, Budapest, Tokyo, etc…

Dans « Viktor », des tempéraments individuels s’affirment face à un groupe de danseurs dont les mouvements rapides en spirale se déployant dans un décor oppressant de terre et d’objets amenés par les danseurs, sur des musiques populaires toscanes, lombardes, sardes , de Bolivie, sur des compositions de Buxtehude, de Tchaïkovski et des airs de danse des années 30 entre autres.

La saison 2016-2017 se poursuivra avec l’accueil du Ballet de l’Opéra de Lyon dans deux programmes, l’un consacré à l’Américaine Lucinda Childs encore au Théâtre de la Ville du 29 septembre au 3 octobre 2016 et l’autre à la Française Maguy Marin, la Belge Anne Teresa de Keersmaeker et Lucinda Childs à la Maison de Culture de Créteil du 29 novembre au 3 décembre 2016.

Parmi les autres chorégraphes conviés et habitués du Théâtre de la Ville, figurent Les Français, Georges Appaix, (Théâtre des Abbesses, 18-28 octobre 2016), Boris Charmaz (Musée du Louvre, 19-23 octobre 2016) et Christian Rizzo (Théâtre de Chaillot, 26-28 avril 2017), ’Africaine du Sud, Robyn Orlin (Philharmonie de Paris, 9-12 mars 2017), le Belge Wim Vandekeybus (Halle de La Villette, 28 juin-1er juillet 2017).

« Viktor », Théâtre du Châtelet, les 3, 6, 7 , 8, 10 et 12 septembre 2016 à 20.00 h et 4 et 11 septembre 2016 à 16.00h, de 25 à 70€ ; durée du spectacle 3h et demie.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.