Accueil > Variations sur le rire de Pierre Trapet

Critiques / Théâtre

Variations sur le rire de Pierre Trapet

par Corinne Denailles

Exercices de style

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On ferait bien de se méfier des situations les plus courantes ; une simple poignée de main, une intonation, un regard ou un banal « bonjour comment ça va ? », nous trahissent à la première occasion. Dans ces brèves rencontres quotidiennes sans importance se révèlent, à notre insu, la nature des relations qu’on entretient avec les autres : rapport de force, amitié, indifférence, etc. Avec la rapidité des scènes qui défilent et s’animent dans ces petits livres d’images au fil des pages tournées, les saynètes de la vie quotidienne s’enchaînent, chacune annoncée avec son titre, variante orale des pancartes des films muets. Quand il ne joue pas au cinéma ou au théâtre (on l’a vu dans Knock avec Fabrice Luchini, dans le spectacle La Baraque de La Volière Dromesko ou encore Les Cuisinières de Goldoni, mise en scène par Justine Heynemann), le malicieux Pierre Trapet décrypte le sens caché de nos comportements.

Le spectacle est construit sur le principe de l’exercice de style, de la variation. Trapet, qui a beaucoup travaillé le personnage de Zanni de la commedia dell’arte, est très fort pour décortiquer nos masques sociaux, que ce soit à travers les marques de civilités les plus répandues ou la classification des différents types de rire. Le rire muet, pouffé ou fou, chaque manière de rire révèle le rieur. Le trait fait mouche à chaque fois au fil des mille petites comédies sociales que nous nous jouons les uns les autres.

La variation s’applique aussi à la musique et le pianiste, Mauro Coceano, est soumis à l’exercice en jouant, sous les ordres du maître Trapet, la mélodie des Feuilles mortes sur des rythmes variés, tango, valse, tarentelle, boogie, ragtime, tandis que ses deux complices, Carole Montagner et Cedrick Lanoe, les illustrent de quelques pas de danse appropriés. En guise de conclusion, ou plutôt de coda, le numéro du vieux qui passe est absolument hilarant. Une occasion pour Trapet de décliner les multiples comportements typiques du grand âge, ou comment se hâter lentement.

Variations sur le rire de Pierre Trapet, avec Pierre Trapet, Carole Montagner, Cedrick Lanoe, Mauro Coceano. Au théâtre du Lucernaire, du mardi au samedi à 18h30. 01 45 44 57 34.
www.lucernaire.fr

Crédit photos : Raphaël Trapet

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.