Accueil > Retour à Berratham au Festival d’Avignon

Actualités / Danse / Festival

Retour à Berratham au Festival d’Avignon

par Yves Bourgade

La création des 30 ans du Ballet Preljocaj

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On cherchera vainement dans un atlas un lieu appelé Berratham. Il a été imaginé par l’écrivain Laurent Mauvignier, sollicité par une commande du chorégraphe Angelin Preljocaj pour marquer les 30 ans de la compagnie de danse qui porte le nom de ce dernier. Le résultat est une pièce d’1H45 pour quatorze interprètes (douze danseurs et deux comédiens), intitulée « Retour à Berratham » et créée le 17 juillet au Festival d’Avignon 2015 dans la Cour d’honneur du Palais des Papes, avec un dispositif scénique du plasticien Adel Abdessemed.

Angelin Preljocaj souhaitait évoquer une « tragédie épique contemporaine ». Laurent Mauvignier connait bien ce chorégraphe, fils d’Albanais de l’ex-Yougoslavie réfugiés politiques en France avec lequel il a déjà collaboré pour « Ce que j’appelle l’oubli » en 2012 . « Il est toujours habité, commente-t-il, par la violence de nos sociétés ». « L’argument de cette nouvelle chorégraphie, précise l’écrivain, débute là où une pièce de guerre se terminerait ». Un « chœur » des morts raconte cette tragédie que des personnages, danseurs ou comédiens, font leur, à la fois sur la musique des mots et sur une composition du collectif 79D. Berratham n’existe pas, mais Beyrouth, Bethléem, viennent à l’esprit.

Pour sa part, le chorégraphe interprète l’histoire comme une « quête », celle d’un jeune homme qui revient à Berratham à la recherche de Katja, celle qu’il aime. Or il ne reconnaît plus rien et en cherchant son aimée, il se remémore, son enfance, son passé. L’écrivain précise que « cette histoire est également l’onde de choc, de la violence, de la mémoire meurtrie, mais aussi de l’instinct de survie que la danse doit exprimer ». Une histoire sur la guerre, comme elle vit encore dans l’après-guerre pour ceux qui l’ont vécue. Laurent Mauvignier pense qu’est attachée à cette pièce « une dimension autobiographique pour Angelin Preljocaj qui, rappelle-t-il, est arrivé en France dans le ventre de sa mère qui fuyait la guerre ». Il est né en 1957.

Le décor joue un rôle important et contribue aussi à l’intensité dramatique : une grande étoile de fil de fer, une voiture, un grillage évocateur de lieux comme Auschwitz et Guantanamo et une poubelle.
Avec « Retour à Berratham » apparaît une nouvelle fois l’expression du souci d’Angelin Preljocaj de multiplier les points de contact avec la littérature, les arts plastiques et la musique contemporaine, à travers une danse qu’on a qualifiée de « postclassique », intégrant héritage du passé et nouveauté, dans un style alliant langage classique et contemporain.

Après huit représentations à Avignon, le Ballet Preljocaj retrouvera sa base à Aix-en-Provence où il est implanté depuis 1996 comme Centre chorégraphique national (CCN), statut qu’il a obtenu en 1989 lorsqu’il était à Champigny-sur-Marne, la ville de naissance du chorégraphe. En 2006 à Aix, il a investi un nouveau bâtiment conçu par l’architecte Rudy Ricciotti : le Pavillon noir, centre de production construit pour l’activité qu’il abrite et où les artistes invités peuvent mener leur processus de création, du travail en studio à la représentation sur scène.
« Retour à Berratham » sera donné en 2015 à Aix du 10 au 19 septembre, avant une tournée dans huit villes, dont Paris au Théâtre national de Chaillot du 29 septembre au 23 octobre.

Le 30ème anniversaire de la compagnie forte de 26 danseurs permanents et riche notamment de quelque 45 chorégraphies d’Angelin Preljocaj, du solo à la grande forme, certaines chorégraphies commandées par des troupes réputées comme le Ballet de l’Opéra de Paris, sera marqué par deux soirées spéciales, l’une à Aix le 19 septembre et l’autre à Paris le 10 octobre . Des pièces d’anthologie seront également reprises, ainsi Stravaganza, de 1990 une commande du New York City Ballet (10 au 12 septembre à Aix) et Roméo et Juliette, une création pour le Ballet de l’Opéra de Lyon en 1990 dans des décors et costumes de Enki Bilal (1er au 5 décembre à Aix).
.
Retour à Berratham :Cour d’Honneur du Palais des Papes d’Avignon du 17 au 25 juillet 2015 à 22H puis à Aix-en-Provence du 10 au 19 septembre.

Et en tournée :Arcachon le 23 septembre, Paris Théâtre national de Chaillot du 29 septembre au 23 octobre Luxembourg les 29 et 30 octobre , Clermont-Ferrand les 9 et 10 mars 2016, Saint-Quentin-en-Yvelines les 18 et 19 mars, Tarbes le 31 mars, Rueil-Malmaison les 11 et 12 avril, Marseille du 26 au 29 avril.

Photo Retour à Berratham répétition © Jean-Claude Carbonne

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.