Accueil > Orgueil, poursuite et décapitation (comédie hystérique et familiale)

Critiques / Théâtre

Orgueil, poursuite et décapitation (comédie hystérique et familiale)

par Corinne Denailles

Les chonchons

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Marion Aubert nous présente sa tribu des chonchons, homoncules médiocres qui ne sont pas sans rappeler les Bidochons de Binet ou les Deschiens de Deschamps dont ils se distinguent par leur méchanceté gourmande.

En une dizaine de tableaux colorés enchaînés à toute allure au rythme des changements des décors transformables sur roulettes, elle flingue les rapports de force nauséabonds qui pourrissent la vie familiale et se pose en défenseuse des droits de la femme. Tout n’est pas réussi mais certaines scènes font mouche comme l’entretien d’embauche ou ce repas de famille où la belle-mère (hilarante Elisabeth Mazef) en aparté dégoise sur sa belle-fille ; dans cette autre, une mère hystérique, qui a lu tout Dolto, traumatise son gamin par ces principes éducatifs singuliers. Le spectacle n’évite pas certaines facilités comme la scène de la femme soumise à un gros lard de mari qui la traite amoureusement de sale pute toutes les quatre secondes. On a vite compris que les hommes sont infréquentables ; ils ont un sexe à la place du cerveau, démesuré de préférence. L’auteure s’est invitée sur scène ; meneuse du jeu, elle explique les règles, commente, digresse, brouille les pistes. Avec un bagou de bonimenteur professionnel, elle orchestre ses fantasmes débridés. Comme dans les cauchemars, la démesure et le désordre sont aux commandes. Les personnages sont des archétypes et le regard de l’auteure carnassier.

Orgueil, poursuite et décapitation (comédie hystérique et familiale) de Marion Aubertmise en scène Marion Guerrero, scénographie Nicolas Hénault, costumes Marie-Frédérique Fillion, lumières Olivier Modol, son Antonin Clair, avec Marion Aubert, Thomas Blanchard, AdamaDiop, Capucine Ducastelle, Olivier Martin-Salvan, Elizabeth Mazev, Sabine Moindrot, Dominique Parent. Au théâtre du Rond-point jusqu’au 2 juillet 2011 du mardi au samedi à 21h. Tel : 01 44 95 98 00. Durée : 1h30.
www.theatredurondpoint.fr

JPEG - 159.9 ko
JPEG - 186.9 ko
JPEG - 107.3 ko
JPEG - 133.1 ko
JPEG - 155 ko
JPEG - 163.7 ko
JPEG - 166.1 ko

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.