Accueil > Les Glaciers grondants de David Lescot

Critiques / Théâtre

Les Glaciers grondants de David Lescot

par Jean Chollet

Savoureux rebonds climatiques

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Voici un projet théâtral en relation directe avec une actualité fluctuante du moment, qui nous concerne tous. Après un important travail de recherches et de documentations scientifiques, David Lescot porte à la scène les problématiques liées au réchauffement de la planète et ses retombées environnementales, dans un exposé à la fois documentaire et intime. Un an avant la 21ème Conférence des pays de la convention cadre des Nations unies (COP21) à Paris, un écrivain (excellent Eric Caruso) est contacté par un magazine culturel pour écrire une chronique consacrée aux conditions climatiques. Ayant peu de connaissance sur le sujet, il part en quête d’informations et sollicite en premier lieu une référence dans ce domaine, Jean Jouzel, spécialiste scientifique, Prix Nobel de la paix 2007 avec le Groupe international d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). En attente d’une réponse à sa demande, il poursuit ses enquêtes pour forger son opinion à travers des rencontres avec diverses personnalités issues du milieu scientifique ou artistique, concernées ou septiques. En parallèle, son cheminement croise la situation de son couple où la météo n’est pas au beau fixe, puisque sa femme va le quitter, provoquant ainsi quelques secousses sismiques intérieures, liées à leur environnement. Puis il rencontre d’autres sensibilités climatiques, de dimensions poétiques, en assistant à une répétition fragmentaire du Conte d’hiver de Shakespeare.

Métissage révélateur

A partir de son texte, vivace et percutant, David Lescot engage une représentation scénique où l’argumentaire scientifique trouve, sans prise de tête, des échos palpables confortant ses enjeux, dans une théâtralisation tonique et ludique associant plusieurs formes d’expressions. Musicale, avec le duo du groupe électro jazz Ambironix, Benoït Delbecq et Steve Argüelles, auxquels se joint de manière ponctuelle David Lescot, également bon musicien. Circassienne, avec le talentueux spécialiste due la roue Cyr, Théo Thouvet, issu du Centre national de Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne, ….après avoir étudié les phénomènes climatiques en Inde et à la Nasa, dont les circonvolutions improbables ouvrent l’imaginaire. Chorégraphique, avec le Congolais DeLaVallet Bidiefono, danseur et cocasse interprète du Pape François, accompagné de la danseuse Ingrid Estarque. Et, autour de Eric Caruso, les interprétations de Anne Benoît (dans plusieurs rôles), Maxime Coggio, Marie Dompier et Camille Roy, contribuent à la réussite de la représentation, dans l’espace aéré et fonctionnel de Alwyne de Dardel, clôturé par l’installation métaphorique et spectaculaire d’une banquise. Une bonne soirée anti – dépression.

Créé le 3 novembre 2015 à La Filature de Mulhouse, le spectacle reste évolutif en intégrant les dernières informations ou images liées aux évolutions des négociations de la COP21 encore en cours.

Texte publié aux Editions Actes Sud - Papiers

Les Glaciers grondants, texte et mise en scène David Lescot, avec Steve Argüelles, Anne Benoît, Eric Caruso, Maxime Coggio, DeLaVallet Bidiefono, Benoït Delbecq, Ingrid Estarque, Marie Dompnier, David Lescot, Camille Roy, Théo Touvet. Scénographie Alwyne de Dardel, lumières Paul Beaureilles, costumes Sylvette Dequest, musique Benoît Delbecq et Steve Argüelles. Durée : 2heures 10.

Théâtre de la Ville aux Abbesses jusqu’au 18 décembre 2015.
En janvier 2016, au Théâtre de La Passerelle à Gap et en mai à la Comédie de Saint – Etienne.

Photo Pascal Victor

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.