Accueil > Le Canard sauvage d’Ibsen

Critiques / Théâtre

Le Canard sauvage d’Ibsen

par Gilles Costaz

une élégance d’estampe

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On voit très rarement Le Canard sauvage. Un vilain petit canard dans l’œuvre d’Ibsen ! C’est en effet l’histoire d’un raté autour duquel s’agglutine de lourds secrets. Dans un grenier irrespirable près duquel vivent une basse-cour et un canard sauvage, un photographe est persuadé d’inventer un procédé qui va améliorer la technique des prises de vue. Sa femme et sa fille supportent comme lui la cohabitation avec le père très âgé du photographe. Lui, le vieux fou, sait la vérité. Le mariage de son fils a été arrangé par un riche négociant qui fut l’amant de la mère. Le rejeton de ce commerçant vient dire tout haut ce qui était tu et confronter les vivants aux tractations du passé…
Metteur en scène d’une grande finesse, Yves Beaunesne sait laisser le mélodrame à la porte. Pourtant, l’on n’en est pas loin ! Mais, dans un beau décor qui donne une élégance d’estampe à ce qui pourrait être le cadre d’un triste affrontement réaliste (comme dans les images qui nous restent de la création de la pièce en France par André Antoine), c’est, au contraire, à une sinueuse circulation des états d’âme que l’on assiste. François Loriquet (le photographe), Judith Henry, Rodolphe Congé, Géraldine Martineau, Fred Ulysse et Jean-Claude Frissung sont les principaux interprètes de ce drame passionnel où se succèdent les éclats et les blessures délicates, la violence des colères et les coups portés à pointes d’épingle. On retrouve là tout l’art d’Yves Beaunesne, qui était ces derniers temps mis au service de Claudel (Partage de midi à la Comédie-Française, L’Echange à la Colline), et de ses comédiens si attachés à la beauté des textes et à leurs arcanes.

Le Canard sauvage d’Ibsen, texte français et adaptation de Marion Bernède et Yves Beaunesne, mise en scène d’Yves Beaunesne, scénographie de Damien Caille-Perret, costumes de Patrice Cauchetier, lumières d’Eric Soyer, son de Chrsitophe Séchet, avec Rodolphe congé, Brice Cousin, Philippe Faure, Jean-Claude Frissung, Judith Henry, Isabelle Hurtin, François Lorquet, Géraldine Martineau, Fred Ulysse. Création au Grand Théâtre de Luxembourg et aux Gémeaux de Sceaux. Tournée : Nîmes, 21-22 avril. Ibos-Tarbes, 29 avril. Le Havre, 14-15 mai. Texte chez Actes Sud Papiers. (1 h 50).

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.