Accueil > La famille Semianyki

Critiques / Théâtre

La famille Semianyki

par Corinne Denailles

La famille Addams version russe

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On cherche les adjectifs les plus superlativement décoiffants pour tenter de qualifier cette troupe de foldingues venue de Russie qui a déboulé à Paris sur la scène du théâtre du Rond-point. Toute la petite famille est à pied d’oeuvre, le père, la mère et les 4 marmots et demi, pour embarquer son monde dans un tourbillon de numéros clownesques, de scènes délirantes, de moments d’émotions et de rire à couper le souffle.

Ça commence tout doux, et on se demande de quel côté va tomber cette bande de zozos bariolés aux accoutrements en pétard, petits cousins de l’Est de l’inénarrable famille Addams. Le père alcoolique est constamment menacé par les gosses décidés à trucider le paternel qu’ils adorent par ailleurs, mais quand on est jeune faut bien passer le temps. La mère est partout à la fois, précédée de son gros ventre, un sourire écarlate au milieu de sa face maquillée de blanc ; elle sauve tous les coups, résout tous les conflits et dispense son affection qui compense un peu l’âpreté de la vie. De petits drames en réconciliations, le père quitte le domicile pour revenir en père prodigue fêté par sa moitié et la marmaille.

Le théâtre Licedei raconte une tranche de vie d’une famille russe sans prononcer un mot et pourtant on ne rate rien des petits événements de la rude vie quotidienne que la poésie, l’imagination débridée et l’amour contribuent à rendre supportables.

Tout est réglé au cordeau, la rigueur d’exécution, tant du jeu des acteurs que des bruitages, est à la mesure des débordements exubérants qui font fi du cadre de scène pour lancer leurs assauts tous azimuts au milieu d’un public médusé et ravi. Clowns mimes, les comédiens développent un langage du corps stupéfiant qui rejoint le théâtre en l’enrichissant des vertus visuelles du film d’animation burlesque.

L’origine de la compagnie remonte à 1968. Ils viennent en France pour la première fois en 1989 au festival du théâtre de rue d’Aurillac. Au moment de la chute du mur de Berlin, ils organisent la Caravane de la paix qui, de mai à septembre, ira de Saint-Pétersbourg à Blois avec escales à Berlin et à Paris. Par la suite la troupe se disperse ; ceux qui décident de rester en Russie refondent une compagnie en renouvelant complètement les principes traditionnels des numéros de clowns. Les 6 acteurs époustouflants, deuxième génération du Teatr Licedei, qui mènent le spectacle avec une énergie folle et une inventivité surréaliste, avaient déjà emballé le public d’Avignon, au théâtre du Chêne noir, en 2005, avec ce même spectacle tout public qui réjouit et émeut.


Semianyki par le Teatr Licedei, direction artistique et scénographie Boris Petrushansky, avec Alexander Gusarov, Olga Makhaeva, Yulia Sergeeva, Kasyan Ryvkin, Elena Sadkova. Au théâtre du Rond-Point jusqu’au 2 juillet 2011. Du mardi au samedi à 20h30. Dimanche 15h. Tél : 01 44 95 98 21.
www.theatredurondpoint.fr

Photos : Philippe Delacroix

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

2 Messages

  • La famille Semianyki 12 juin 2011 00:21, par lola47

    Formidable spectacle ! Les acteurs nous font entrer dans la folie de cette famille complètement "foldingue" ! C’est merveilleux, poétique, burlesque plein d’humour et à mourir de rire ! Je suis admirative du travail énorme que la troupe a du fournir pour arriver à une telle précision dans un spectacle aussi inattendu, aussi farfelu. Les bruitages sont géniaux ! Les acteurs sont excellents. Le spectacle s’arrête malheureusement très prochainement : le 2 juillet.

    repondre message

  • La famille Semianyki 17 juin 2011 12:51, par irina

    Du grand art qui laisse son empreinte....

    repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.