Accueil > L’Oiseau bleu d’après Maurice Maeterlinck,

Critiques / Théâtre

L’Oiseau bleu d’après Maurice Maeterlinck,

par Jean Chollet

Pourquoi chercher ailleurs...

Partager l'article :

Ecrite en 1907 par le poète et dramaturge belge, cette pièce en six actes et douze tableaux fut crée l’année suivante, dans une mise en scène de Konstantin Stanislavski au Théâtre d’art de Moscou (MHAT). Depuis cette date elle a connu une large audience internationale et fait l’objet de nombreuses adaptations au théâtre, au cinéma ou à l’opéra.

Enfants d’un pauvre bûcheron, Tiltyl et Mytyl n’ont comme plaisir un soir de Noël que de contempler les lumières des festivités de leur ville. Ils s’endorment pour un rêve merveilleux amorcé par la rencontre avec la fée Berylune qui les charge de capturer l’oiseau bleu source de bonheur. Pour les aider, elle leur remet un diamant magique leur permettant de voir l’invisible et de sonder les âmes. S’engage alors un voyage dont les péripéties, les périls et les rencontres, leurs révèlent un monde inconnu. Des expériences initiatiques et révélatrices où ils croisent les royaumes de la Lumière, de la Nuit, du Bonheur, ou encore du Souvenir et de l’Avenir, mais aussi une chatte et un chien. Mais malgré leurs efforts, l’oiseau tant désiré reste inaccessible. Le lendemain au réveil les deux enfants découvriront que le volatile tant recherché se trouvait dans leur maison. “ Nous sommes allés si loin et il était ici ”.

C’est à partir ce conte, dont la portée philosophique et métaphorique n‘échappe à personne, que le Collectif Quatre Ailes crée ce beau et fin spectacle qui s’adresse à un large public. Transposé dans l’époque actuelle, il conserve sous sa forme brève les enjeux et la part de merveilleux de l’œuvre de Maeterlinck. Sans aucune mièvrerie, mais avec une inventivité ludique orchestrée par la mise en scène et la scénographie de Michaël Dusautoy. Sous les lumières délicates de Anne-Marie Guerrero, elles trouvent des appuis expressifs dans l’intégration de la création vidéo d’Annabelle Brunet, surtout composée des dessins épurés et animations (en 2 et 3 D) de Quang’ y et Ludovic Laurent, qui ponctuent ce voyage poétique et féérique en stimulant le regard et l’imaginaire. Quant aux comédiens (dont certains jouent plusieurs rôles), ils portent avec une tonicité joyeuse et cohérente leurs personnages. Mention spéciale aux deux épatants interprètes des enfants, Damien Saugeon, acrobate, (Tyltyl) et Hanako Danjo , clown et mime, (Mytyl), dont le jeu et l’expressivité corporelle rendent sensibles les sentiments, les troubles et les mutations qui les animent. Une jolie réussite à l’actif du Collectif Quatre Ailes.

L’Oiseau bleu, d’après la pièce de Maurice Maeterlinck, création du Collectif Quatre Ailes, mise en scène et scénographie Michaël Dusautoy, vidéo Annabelle Brunet, dessins et animations Ludovic Laurent, lumières Anne-Marie Guerrero, musique et son S’Petit Nico, costumes Marine Bragard, avec Claire Corlier, Jean-Charles Delaume, Hanako Danjo, Damien Saugeon, Flore Vialet. Spectacle tout public à partir de 7 ans. Durée 1 heure. Scène Watteau Nogent-sur Marne jusqu’au 14 mars 2012 (Ce spectacle sera présenté lors du prochain festival d’Avignon off)

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.