Accueil > Ko Murobushi

Actualités / Danse

Ko Murobushi

par Yves Bourgade

Décès d’une figure majeure de la danse butô

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Figure majeure du genre butô qu‘il concevait en perpétuelles métamorphoses, le danseur et chorégraphe japonais Ko Murobushi est mort le 18 juin 2015, mois d’un an après sa collègue et complice Carlotta Ikeda . Il était né en 1947 au Japon et se fit connaître au début des années 70 hors de son pays, en Europe et notamment en France où il avait un public fidèle. C’est en duo avec Bartabas dans Le centaure et l’anima qu’il avait fait une de ses dernières apparitions en France.

Il avait co-fondé dans les années 70 la compagnie de butô, Dairakudakan, avec ses compatriotes Ushio Amagatsu (Sankai Juku), Bishop Yamada et Maro Akaji, toujours son leader, qui estime que Ko Murobuchi avait contribué « à fixer les principes philosophiques de cette compagnie ». Commentant le décès de son collègue, Maro Akaji déclare : « En dansant il donnait son corps en sacrifice ».
En constante recherche, Ko Murobushi multipliait les performances souvent improvisées, était devenu producteur et chorégraphe de la compagnie Ariadone de Carlotta Ikeda, constitua son propre groupe, Sebi (Feu dorsal) et à partir de 1988 se produisit en duo essentiellement avec Urara Kusanagi.
Sensible à la « révolte de la chair » prônée par un des fondateurs du butô, Tatsumi Hijikata (1928-1986), Ko Murobushi signe des chorégraphies, comme notamment en 1985 Les larmes d’Eros et trouve des sources d’inspiration dans l’animisme et dans la littérature occidentale (Nietzsche, Artaud, Bataillle).

Crédit photo:Kimiko Watanabe

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.