Accueil > Jouer avec Nicomède de Pierre Corneille

Critiques / Théâtre

Jouer avec Nicomède de Pierre Corneille

par Jean Chollet

Résistance et liberté

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Comme pour quatre de ses autres pièces, Corneille a situé l’action de Nicomède dans un pays colonisé par l’empire romain. Dans la capitale de Bithynie, Nicomédie, le roi Prusias a deux fils, Nicomède, né d’un premier lit, devenu un capitaine valeureux, et Attale, fruit de son second mariage avec l’intrigante Arsinoé. Ce dernier, élevé à Rome, se soumet volontiers à la puissance romaine, tandis que son demi-frère résiste avec force à l’expansion de l’impérialisme. Autour de cette intrigue, qui mêle aux complots et soumissions les ambitions de pouvoir et les élans du cœur, la critique politique ouvre sur un monde apparemment sans espoir. Ce serait sans compter avec la grandeur d’âme et l’exigence de Nicomède, héros lumineux dont la résistance aux compromissions et aux comportements pusillanimes finira par triompher. Une tragédie au caractère de comédie héroïque, dont Brigitte Jaques-Wajeman restitue avec finesse et intelligence les enjeux, confirmant une relation féconde avec Corneille déjà repérable lors de précédentes mises en scène. Le “jouer avec“, accolé au titre de l’œuvre, lui permet une liberté de forme et de ton qui s’avère judicieuse et porte vers une résonance très contemporaine. Dans l’espace octogonal conçu par Yves Collet, qui réunit acteurs et spectateurs autour d’une longue table de banquet, le rapport de proximité devient constitutif d’une représentation qui éclaire les différentes strates du drame, de sa portée tragique à son ironie parfois bouffonne. Les alexandrins dépouillés de toute emphase résonnent avec une clarté limpide et percutante, portés par une interprétation convaincante et homogène dans laquelle on retiendra en premier lieu la belle présence de Bertrand Suarez-Pazos (Nicomède) et la vitalité de Sophie Daull, diabolique Arsinoé.

Jouer avec Nicomède de Pierre Corneille, mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman, scénographie et lumière Yves Collet, avec Bertrand-Suarez-Pazos, Raphaèle Bouchard, Thibault Perrenoud, Sophie Daull, Pierre-Stéfan Montagnier, Pascal Bekkar, Marc Siemiatycki, Agnès Proust. Durée 2h15. Comédie de Reims du 13 au 21 mars Tel 03 26 48 49 00

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.