Accueil > Je t’appelle de Paris de Moussa Sanou

Critiques / Théâtre

Je t’appelle de Paris de Moussa Sanou

par Jean Chollet

Moussa dans le métro

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Entre son atterrissage à l’aéroport de Roissy–Charles de Gaulle un 23 août et son retour trois mois plus tard à Ouagadougou, Moussa Sanou, comédien burkinabé, a découvert Paris. Son immersion dans un monde inconnu, il la raconte à travers ce spectacle attachant à bien des titres, avec poésie et humour. À travers l’évocation de son quotidien, il livre les étonnements, les émerveillements ou les stupéfactions qui ont marqué son séjour parisien. Son récit fourmille d’anecdotes savoureuses, de sa vision des citadins stressés à ses relations de voisinage dans les “apparts” des tours uniformes “qui remplacent les maisons”, de son rapport avec les subtilités du langage ou encore de ses révélations culinaires et surtout de sa fascination pour le métro, RER compris. Grâce à son téléphone portable, il livre ses impressions à Rose restée au pays, n’hésitant pas à enjoliver le tableau au prix de quelques mensonges, pour se rendre important et être respecté à son retour. Un contact qui lui permet d’établir une transposition de ses découvertes parisiennes dans son fief de Bobo Dioulasso, avec notamment le rêve d’un métro local dont l’ambiance intérieure serait naturellement très différente de celle rencontrée sur la ligne Nation – Dauphine. Mais aussi d’évoquer la vie africaine et sa condition de comédien au sein de la “Compagnie Traces Théâtre” –tout un symbole- qui fait passer nos intermittents pour des privilégiés. Ainsi, à petites touches et avec le sourire, Moussa Sanou tisse à sa manière un canevas édifiant du fossé existant entre l’Europe et l’Afrique, creusé non seulement par leurs singularités respectives, mais par la nature de leurs rapports économiques et l’absence de réels d’échanges entre les deux continents. Et sa démonstration vaut bien de longs discours sur ce thème. Cet excellent comédien – que l’on a pu voir dans des créations de Jean-Louis Martinelli – d’abord tenté par une seule expression narrative à la manière des conteurs africains, a opté pour une association judicieuse avec son complice Mamadou Koussé qui offre des ouvertures bien venues sur le jeu théâtral. Ce duo épatant est aussi empreint d’une profonde humanité qui rejaillit sur une représentation éclairant avec tendresse et drôlerie un des enjeux économiques et culturels de notre temps.

Je t’appelle de Paris, texte et mise en scène Moussa Sanou, avec Moussa Sanou et Mamadou Koussé. Durée 1 h 10. Théâtre Nanterre-Amandiers jusqu’au 14 février 2010

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.