Accueil > JUNE ET JIM, le nouveau duo franco-espagnol.

Interviews / Musique

JUNE ET JIM, le nouveau duo franco-espagnol.

par Mathilde Tartrat

Rencontre avec Marion et Borja

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

JUNE ET JIM naît de la rencontre de Marion Cousin et Borja Flames. Leur musique allie joliment le français et l’espagnol offrant un éventail varié de sonorités. Après plusieurs années à parcourir l’Europe en quête d’un public, leur premier album sort en mars 2012.
Fiers de leur premier opus, Marion et Borja ont bien voulu répondre aux questions de Webthea entre deux concerts.

- Comment vous sentez vous quelques mois après la sortie de votre premier album ?
Nous sommes heureux d’avoir franchi ce pas et déjà impatients d’enregistrer le suivant. Ce premier disque représente la conclusion de plusieurs années de travail, de composition et de concerts. Nous sommes très heureux d’avoir partagé enfin cela.

- Pouvez-vous décrire ce premier album en quelques mots ?
"Les Forts" est un disque de chansons, chantées en français ou en espagnol. Le son est organique, chaud et représente très bien nos concerts puisque l’album a été enregistré en jouant tous ensemble avec le minimum de post-production. Il contient onze chansons nées d’un travail d’écriture à quatre mains. On y trouve des ingrédients de la musique folklorique, des Amériques, d’Espagne et de France, mêlés à des points de vue plus contemporains, dans les textes, les sons et les formes. Les instruments sont très variés : il y a nos deux voix, des guitares classiques et électriques, une batterie, des percussions, de la clarinette ou de la trompette, du bugle, mais aussi une scie musicale, un glockenspiel et un toy piano.

- Pouvez-vous nous raconter la naissance de votre duo ?
Nous habitions tous les deux à Barcelone. Nous nous sommes rencontrés en 2006 et nous avons aussitôt commencé à faire de la musique ensemble.

- Pourquoi avoir choisi des pseudonymes ? Pourquoi JUNE ET JIM ?
Ce ne sont pas des pseudonymes, Borja ne se fait pas appeler Jim et je ne me fais pas appeler June. Au début, ils étaient deux personnages qui dialoguaient. Lorsque nous avons choisi ce nom, nous voulions détourner une référence de la culture française vers d’autres sonorités, exactement comme ce que nous cherchons à faire avec nos chansons. Maintenant nous préférons l’unisson au dialogue et JUNE ET JIM est devenu une entité qui inclut les autres musiciens, presque un mot, d’où le rapprochement des lettres dans notre typographie.

- Que pensez-vous que le mélange du français et de l’espagnol apporte de plus à votre musique ?
Il nous permet de dériver vers d’autres sonorités et vers d’autres timbres de voix, le français étant plus doux et l’espagnol plus percussif. 

- Comment décidez vous de quelles parties seront en français ou en espagnol ?  
C’est la mélodie qui le décide pour nous, ou parfois, le texte naît spontanément dans une langue.

- Qu’est-ce qui vous inspire ?
Naturellement, tout ce que nous vivons influence d’une façon ou d’une autre l’élaboration des chansons. Plus consciemment, l’écriture naît souvent d’images produites par des paysages, des lectures, des rêves, mais aussi des oeuvres d’art ou des situations inexplicables.

- Vous avez fait des concerts en Hollande et en Espagne récemment, que vous apportent ces moments ?
Traverser des paysages pour arriver dans un lieu inconnu, rencontrer une ville nouvelle, de nouveaux spectateurs, redécouvrir chaque jour que nos chansons peuvent toucher tout type de personne et comprendre que la langue ne représente aucun obstacle, c’est en cela que les tournées nous remplissent de joie.

- Un souvenir fou de concert, d’enregistrement ou simplement musical ?
L’état d’exaltation, de transe, et d’épuisement dans lequel nous étions en finissant l’enregistrement de ce disque le 4 décembre 2010 à sept heures du matin.

Extrait de l’album Les Forts sorti le 26 mars 2012 :

Crédit photo : © Renaud Cousin

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.