Accueil > GOLEM de John Casken

Critiques / Opéra & Classique

GOLEM de John Casken

par Charles Rosenbaum

Le Golem à l’Ouest

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La structure Angers-Nantes-Opéra (ANO) qui irrigue musicalement les Pays de Loire vient de d’afficher GOLEM opéra du compositeur anglais John Casken sur le thème de l’humanoïde d’argile, un mythe né dans les textes de l’Ancien Testament et de la Kabbale. Cette création française a vu le jour à l’Opéra de Rennes le 6 novembre 2006 A Prague et en Europe Centrale, on connaît bien entendu Kafka mais la notoriété du Golem y est aussi nettement établie. Le rabbin Loewy Maharal de Prague, célèbre savant, avait inventé au XVIème siècle, un géant d’argile, le Golem.

Emanation de la kabbalah, il devait être une puissance invincible protégeant les innocents. Mais le Golem se retourne finalement contre les humains et tue même un innocent à la hache. La Maharal doit admettre que son ambition était vaine, et rend sa créature à sa matière première, l’argile.

Le compositeur anglais John Casken, élève de Witold Lutoslawski, dont on a pu entendre un autre opéra, « God’s Liar », « Le mensonge de Dieu » à la Monnaie de Bruxelles en 2001, a parfaitement saisi le sens communautaire du mythe du Golem. L’ouvrage anglais écrit par lui et Pierre Audi, l’actuel directeur de l’Opéra d’Amsterdam,, a été créé à l’Almeida Theater de Londres en 1989. Opéra. Les musiciens de l’Ensemble Ars Nova dirigés par Philippe Nahon ont justement restitué le style de John Casken. Les percussions sont les éléments centraux de l’Orchestre, donnant forme et force aux développements musicaux et permettant des schémas et des articulations très harmoniques. Les connaisseurs auront apprécié la bande électronique pré-enregistrée. Jean Boillot a signé une mise en scène astucieuse, intégrant la musique de Casken, et les péripéties du Maharal et du Golem.

Il n’était pas facile de personnifier le gigantesque Golem. C’est un des bémols de l’ouvrage,. Il tient davantage du chimpanzé que d’un homme d’argile. Le Maharal est fort bien interprété par le baryton argentin Armando Noguera. Jean-Loup Pagésy, ancien du Chœur de l’Armée Française interprète le Golem, est une basse d’avenir. Le reste de la distribution éminemment anglo saxonne est parfaitement à l’aise dans la langue et dans la musique de Casken.


GOLEM opéra en deux parties (prélude et légende) de John Casken, livret de John Casken et Pierre Audi. Direction musicale Philippe Nahon, Ensemble instrumental Ars Nova, mise en scène Jean Boillot, dramaturgie Christophe Triau, décor Laurence Villerot, costumes Pauline Pô, décors et costumes réalisés par les ateliers d’Angers Nantes Opéra . Avec Armand Noguera (Maharal), Jean-Loup Pagésy Golem), Helen Kearns Myriam, Tim Mead Ometh), Christopher Lemmings (Stoikus), Richard Burkhard (Jadek), Stuart Patterson Stump) Georgia Ellis-Filice (Gerty)
Représentations du 9 au 14 janvier 2007 à Nantes, 19 et 20 janvier à Angers..

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.