Accueil > Fabio Marra, En attendant les Molières

Interviews / Théâtre

Fabio Marra, En attendant les Molières

par Marie-Laure Atinault

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Fabio Marra est le Napolitain, le plus parisien du monde du théâtre. Depuis une dizaine d’années nous suivons ses créations de « La Naïve » en passant par « Les chaussures d‘ un autre », avec sa compagnie Carrozzone Teatro, il a imposé un ton, un style. Pour cette édition 2017 des Molières la dernière création de Fabio Marra, « Ensemble » qui triomphe au Théâtre du Petit Montparnasse est distinguée par deux Molières, Catherine Arditi est nommée dans la catégorie Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre Privé et Fabio Marra est nommé dans la catégorie Molière de la Révélation Masculine.

Rencontre avec ce sympathique homme orchestre.

WT : Deux nominations cette année, pour « Ensemble », c’est une belle aventure. Question traditionnelle, qu’est ce que cela fait lorsque l’on est nommé ?
Fabio Marra : Je n’y croyais pas du tout ! Nous avons commencé au Festival d’Avignon, il y a deux ans dans une petite salle, et malgré le nombre de spectacle, grâce au nom de Catherine Arditi, la salle était pleine.

WT : Comment avez-vous rencontré Catherine Arditi ?
Fabio Marra : Sa sœur Rachel Arditi est venue voir l’un de mes spectacles Teresina. Elle lui a parlé de moi, de mes pièces. Un jour, je reçois un coup de téléphone : Bonjour c’est Catherine Arditi ! J’ai cru que c’était une blague. D’accord, envoyez-moi votre adresse par texto et je viens chez vous. Je voulais savoir lequel de mes copains me faisait une blague. Je sonne à la porte et c’est Catherine qui ouvre la porte !

WT : Le sujet de la pièce « Ensemble » est la différence, et comment elle est, et le plus souvent, ou pas accepté. Isabella vit avec son grand fils Miquélé. Il est simple d’esprit, il prend tout au pied de la lettre. Elle ne veut pas qu’il aille dans un centre spécialisé. Miquélé est différent et cette différence peut gêner.
Fabio Marra : je me suis posé la question c’est quoi être normal ? Par rapport à quoi ? Faut-il avoir peur de la différence ?
Ce qui est formidable avec ce spectacle c’est le retour du public. Les gens nous attendent pour nous remercier. Une dame est venue nous voir pour nous dire que le lendemain de sa venue au théâtre, elle a invité sa voisine dont le fils est handicapé. C’était la première fois.

WT : Vous êtes auteur, metteur en scène et comédien. Lorsque vous écrivez, vous pensez déjà aux comédiens, je pense à Sonia Palau qui joue avec vous très souvent avec vous. De même que vos décors ont un style très reconnaissable.
Fabio Marra : Lorsque j’écris, je vois les décors, les costumes et la mise en scène.

WT : Vous écrivez en français ?
Fabio Marra : Oui, j’aurais bien aimé être nommé comme auteur francophone vivant ! (rires)
Vous me demandiez ce que cela m’avait fait d’être nommé, c’est une reconnaissance, une crédibilité. Pour les directeurs de théâtre, les tourneurs, c’est un plus. Je suis très heureux pour Catherine qui est ravie. J’aurai aimé que nous soyons tous nommés !

WT : Avez-vous pensé à un discours ?
Fabio Marra : j’essaie de ne pas trop y penser pendant les représentations. J’ai préparé un petit discours, car je pense toujours à certains comédiens qui ont dit des choses magnifiques comme Laurent Terzieff ou Robert Hirsch, ou Monique Chaumette. J’ai pensé aussi à ma tenue, je n’ai pas de smoking mais je serai en noir simple et chic, je pourrai faire le service !!!

Photo : Olivier Allard

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.