Accueil > C’est jamais facile

Critiques / Théâtre

C’est jamais facile

par

Elle au printemps, lui en hiver

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Qui n’a pas croisé un homme avec une femme plus jeune ou plus âgée que lui ?
Qui n’a jamais porté un jugement critique sur cette différence d’âge ? Ce qu’on admet pour soi devient vite inacceptable lorsqu’il s’agit d’un proche. La comédie de Jean-Claude Islert aborde la question de la différence d’âge dans le couple. Chacun des protagonistes a un regard critique sur la relation de l’autre, ce qui permet de souligner les réflexes de jalousie, d’intolérance. Et comme souvent au boulevard, la pièce est construite sur une succession de quiproquos.
Marion (Maaike Jansen) est une femme jalouse, fouineuse, qui ne supporte pas la liaison de son ex-époux. Or, Edouard (Roger Miremont), fringant professeur, refuse de vieillir. C’est un homme pris de remords. Il ne s’est pas comment rompre sa liaison avec Sarah, une jeune fille de 23 ans, ce qui lui inspire bien des états d’âme. De son côté, leur fille Julie (Myriam Moraly) a une aventure avec un homme plus âgé : Marco (Nicolas Jouhet). Pour tous ces personnages, « c’est jamais facile » d’en parler.
S’appuyant sur une distribution astucieusement variée, Jean-Luc Moreau signe une mise en scène rythmée (Il en prépare 4 autres pour les prochaines semaines). On se laisse prendre au jeu. Et le charme de Miremont emporte vite l’indulgence.


Naïma Sitani

C’est jamais facile. Comédie de Jean Claude Islert. Mise en scène de Jean-Luc Moreau, assisté de Sonia Sariel. Avec Roger Miremont, Maaike Jansen, Ingrid Donnadieu, Nicolas Jouhet, Myriam Moraly. Décor : Pierre-Yves Leprince. Création : Lumière Fabrice Kebour. Musique originale : Sylvain Meyniac. Théâtre Michel (Paris). Réservations : 01 42 65 35 02. Représentations : du mardi au samedi à 20h30. Matinées : samedi à 17h00 et dimanche 15h00.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.