Accueil > Bab et Sane de René Zahnd

Critiques / Théâtre

Bab et Sane de René Zahnd

par Jean Chollet

Saga Africa

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

En 1997, après la destitution du président de la République du Zaïre, Mobutu Sese Seko, deux gardiens sont assignés à la surveillance de sa luxueuse résidence près de Lausanne. Cette situation a inspiré la pièce de l’auteur suisse René Zahnd, qui transpose l’argument pour ouvrir sur une réflexion philosophique et politique, certes liée à l’Afrique, mais qui pourrait s’appliquer ailleurs. Quelque part en Europe, dans la maison d’un Maréchal dictateur fraîchement renversé – baptisée avec ironie Villa Paradis – deux hommes se côtoient au cœur d’un huis clos insolite. Deux êtres bien différents malgré leur origine et leur vécu, condamnés malgré eux à l’exil et coupés de leurs racines, qui vont organiser leur quotidien pour survivre et envisager l’avenir en inventant leur propre réalité aux limites de la folie. Partagés entre la peur du monde extérieur et la nécessité d’exister, ils se livrent dans leur quotidien à des jeux de rôles, alternant une solidarité complice et l’affrontement parfois cruel entre dominant et dominé, parodiant ainsi le pouvoir tyrannique qu’ils ont connu et dont ils peinent à se libérer. Dans le sous-sol qui leur sert de refuge où parviennent les menaces du monde extérieur – scénographie signifiante de Jean-Luc Taillefert – deux comédiens épatants, le Malien Habid Dembélé (Bab) et le Burkinabé Hassane Kassi Kouyaté (Sane), portent avec densité et vitalité les accents et l’humour d’un texte écrit à leur intention, dont ils portent traces jusque dans leur expressions physiques et leur gestuelles. Les deux interprètes – bouffons et victimes - sont soutenus par la mise en scène attentive de Jean-Yves Ruf, réglée comme une partition, qui restitue la musicalité et le rythme d’une parole directe et vivante. Elle bannit les poncifs d’un exotisme appuyé, pour privilégier la dimension d’une aventure humaine, dont la résonnance échappe à une seule localisation géographique pour témoigner de l’Histoire et de la condition humaine.

Bab et Sane, de René Zahnd, mise en scène Jean–Yves Ruf, avec Habid Dembélé et Hassane Kouyaté, scénographie Jean–Luc Taillefert, lumière Michel Beuchat, son Fred Morier. Durée 1 h 10. Théâtre Nanterre – Amandiers du 8 au 19 décembre. Du mardi au samedi à 21h, dimanche à 16h. Tel : 01 46 14 70 00.
www.nanterre-amandiers.com

Tournée
Le Maillon – Strasbourg du 6 au 8 janvier 2010, Théâtre de Saint-Quentin en Yvelines le 15 janvier, L’Espal / Le Mans, les 21 et 22 janvier, Maison de la Culture de Tournai, du 27 au 29 janvier, Théâtre du Passage à Neuchâtel, du 4 au 7 février, Théâtre Le Poche à Genève, du 10 au 20 février, Saint- Etienne du Rouveray, le 23 février, Maison des Arts Thonon-Evian, les 2 et 3 mars, Le Toboggan de Décines-Charpieu, les 5 et 6 mars, Théâtre Impérial de Compiègne, le 9 mars, Théâtre d’Angoulême, les 11 et 12 mars, T.N.A. de Bordeaux, du 7 au 16 avril 2010.

Texte publié avec Le Chiffre par Actes-Sud Papiers

© Mario Del Curto

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.