Accueil > 16 eme biennale de la danse à lyon

Actualités / Danse

16 eme biennale de la danse à lyon

par Yves Bourgade

Un festival populaire et expérimental

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La Biennale de la danse de Lyon 2014 qui se déroulera du 10 au 30 septembre, est la deuxième programmée par la chorégraphe Dominique Hervieu, également directrice de la Maison de la danse de Lyon et la seizième édition de ce rendez-vous que cette responsable souhaite « populaire et expérimentale dans la diversité esthétique ».

« Elaborer une “esthétique de la diversité” reste mon credo pour faire découvrir et aimer la danse » explique Dominique Hervieu, qui précise que cette 16ème Biennale, « propose une vision de la danse encore élargie, pas seulement dans les esthétiques, mais cette fois dans le temps, avec une prise en compte de l’histoire, en redonnant la chance au public de voir des œuvres cultes du XXème siècle (un des premiers happenings chorégraphiques de ce XXème siècle Relâche de Francis Picabia, Erik Satie, René Clair et Jan Borlin de 1924, Sound dance de Merce Cunningham de 1975, la pièce monstre de 8 heures C’est du théâtre comme c’était à espérer et à prévoir de Jan Fabre de 1982)" . "Ce rapport à l’histoire, estime la chorégraphe, nous permet de poser une question - fil rouge de la Biennale - : quelle influence a exercé et continue d’exercer la performance sur les -arts canoniques - (le théâtre et la danse) ? ».

Pour le critique Laurent Goumarre , dramaturge de la Biennale, « la performance n’est pas, explique-t-il, une construction mentale de programmation, c’est un écho à ce qui se passe aujourd’hui sur les plateaux où les artistes reprennent, réactivent, décalent les gestes forts de l’histoire ». C’est, selon lui, « une affaire de trahison », avec comme « arme absolue le divertissement » avec « une ouverture au cirque , électrisée par l’esprit cabaret des exhibitions emplumées de François Chaignaud, des grimaces du Love de Loïc Touzé ou du kitsch de la magie chez Ann Juren et Claudio Stellato… ».

L’affiche juxtapose donc pièces historiques et créations (25 mondiales ou premières en France dont 15 créations « made in Lyon » et 14 autres spectacles venant du Tchad, des Etats Unis, de Grèce ou d’Italie).

La Biennale rayonne dans Lyon et douze localités du Grand Lyon ainsi que dans une douzaine de villes de la Région Rhône-Alpes ,de Valence à Sallanches. Quinze des compagnies invitées seront en résidence dans les lieux de spectacles, soit sept de plus qu’en 2012, pour dire l’implication des lieux culturels locaux.

Pour la dixième fois, en final, le Défilé de la Biennale réunira quelque 4500 amateurs, fidèles depuis le début, à Lyon, de l’Hôtel de Ville à la Place Bellecourt, qui renoueront avec l’ambiance du premier Défilé en 1996 dans l’esprit du Carnaval de Rio avec chars dans l’esprit carioca pour un groupe de 500 musiciens (300 saxophonistes et 200 percussionnistes). Avec la participation de troupes comme le Ballet de l’Opéra de Lyon, le Ballet de Lorraine, le Centre Chorégraphique National de La Rochelle , la Forsythe Company, le L.A. Dance Project de Benjamin Millepied, les compagnies de Maguy Marin, du Hanneton de James Thierrée et d’autres moins connues et à découvrir.
En marge du festival proprement dit, projections, rencontres conférences, ateliers sont organisés : 88 pour les professionnels et 86 pour tous.

Depuis le 4 juin la réservation est ouverte à la Galerie des Terreaux, 12 place des Terreaux à Lyon, sur le site www.biennaledeladanse.com, par téléphone au 04 27 46 65 65 ou par correspondance jusqu’au 5 septembre à la Biennale de la danse , Service billetterie BP 1137 , 69 203 Lyon cedex O1.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.