Accueil > la Danse du diable de Philippe Caubère

Critiques /

la Danse du diable de Philippe Caubère

par Corinne Denailles

Un retour réussi

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

33 ans après sa création, Philippe Caubère s’est décidé à reprendre La Danse du diable, l’opus original qui donna naissance à toute son oeuvre autobiographique (les onze épisodes du Roman d’un acteur et les huit de L’Homme qui danse) et le seul qui n’ait pas été filmé par Bernard Dartigues et dont il ne reste donc aucune trace. Après avoir passé huit années intenses au Théâtre du Soleil, Caubère s’est lancé dans ce travail solitaire, en grande partie grâce à l’incitation de Clémence Massart. Il conçoit ses spectacles comme des performances physiques et celle-là n’est pas des moindres. D’ailleurs la reprise a été laborieuse, plusieurs fois repoussée pour cause de cheville abîmée. N’empêche que l’artiste assure, même si parfois il aurait tendance à surjouer pour compenser l’énergie qui fait provisoirement défaut. Mais globalement on retrouve toute sa truculence, sa vivacité, ce talent pour faire surgir les personnages tout en assurant les bruitages environnants. On reste scotchés devant l’évocation émouvante de sa mère Claudine, devant le personnage haut en couleurs de madame Colomer, la femme de ménage communiste, ou son double Ferdinand Faure qui, enfant, convoque dans sa chambre ses idoles, De Gaulle, Mauriac, Malraux, Sartre, Hallyday. Caubère en fait des imitations outrancières et hilarantes d’une justesse sidérante. Il va jusqu’à mettre en scène la folie du concert de Hallyday à Marseille. Et tout cela sans quasiment aucun accessoire, le châle de sa mère, un banc, une chaise et quelques lumières. A 64 ans, ce diable d’homme relève le défi audacieux de ces plus de trois heures de spectacle qu’il joue à vive allure avec un sens du rythme et de l’image époustouflant.

La Danse du diable de et par Philippe Caubère, lumières Roger Goffinet et Jean-Christophe Scottis, au théâtre de l’Athénée jusqu’au 7 décembre 2014. R2s : 01 53 05 19 19. Durée : 3h20 avec entracte.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.