Accueil > Superbarrio, la joyeuse et probable histoire de Superbarrio que l’on vit (...)

Critiques / Théâtre

Superbarrio, la joyeuse et probable histoire de Superbarrio que l’on vit s’envoler un soir dans le ciel de Mexico de Jacques Hadjaje

par Corinne Denailles

La solidarité en action

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Superbarrio (« Superquartier ») a bien existé mais de nombreuses légendes courent autour de sa personne. Son histoire a fait l’objet de livres et son personnage apparaît ça et là au cinéma. Il figure dans un documentaire (2007) aux côtés d’autres combattants sociaux surnommés Supergay, Superécologiste, Superanimal et frère Orage. Superbarrio ne se contentait pas de défendre les pauvres et sans logis, il a milité pour le triomphe de la gauche démocratique en 1997, comme l’explique dans son livre Mauricio-José Schwarz.
L’homme qui se cache derrière le masque de Superbarrio a exercé tous les métiers et a pratiqué la boxe. Lutteur, il l’est, sur le ring de la douleur qu’il a entrepris de soulager au lendemain du tremblement de terre qui décima de nombreux quartiers de Mexico en 1985. Il a soulevé des montagnes pour obtenir des logements et des aides sociales. Hadjaje a écrit à la manière d’un conte naïf l’histoire de ce véritable héros populaire, défenseur des obscurs et des sans grade, petit cousin du sous-commandant Marcos qui emprunte le costume rouge et jaune de Superman alors que sa silhouette bedonnante est loin d’en avoir la prestance, dans la vie comme à la scène. Et c’est tant mieux car Superbarrio n’a aucun pouvoir surnaturel ; c’est un homme ordinaire à la vie ordinaire qui a « les genoux qui couinent ». Tout à coup il n’a plus supporté l’injustice sociale et s’est jeté à corps perdu dans la lutte, délaissant les siens. Il est question de combat social mais aussi d’amour et de trahison, de croyances populaires et d’ange dans ce récit qui emprunte au réalisme magique sudaméricain. D’ailleurs, le patronyme du magicien Ernesto Buendia ne serait-il pas un hommage au Buendia de Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez ?

Le décor kitch ressemble à un livre d’images pour enfants assorti de « pop-up » vivants, comme dans les livres en 3D où des personnages surgissent de découpes, voire un espace complet. La musique jouée en direct contribue à la couleur locale du décor. L’air de rien, avec légèreté et une bonne dose de dérision, Dans Superbarrio, Hadjaje dresse avec humour le portrait touchant d’un homme animé par un formidable esprit de solidarité.

Superbarrio, la joyeuse et probable histoire de Superbarrio que l’on vit s’envoler un soir dans le ciel de Mexico ; texte et mise en scène Jacques Hadjaje ; musique Marc Bollengier ; scénographie et costumes Anne Lezervant ; création lumières Franck Pellé et Pierre Peyronnet ; chorégraphie Cécile Rouanne et Rémi Esterle ; bande son Sébastien Trouvé . Avec Ariane Bassery, Isabelle Brochard, Sébastien Desjours, Anne Didon, Paulina Jimenez, Guillaume Lebon, Delphine Lequenne, Laurent Morteau et le musicien Marc Bollengier. Au théâtre 13/Seine, du mardi au samedi à 20h, dimanche à 16h. Durée : 1h40. A partir de 10 ans. Tel. 01 45 88 62 22.
© Pierre Dolzani

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.