Accueil > Sinon je te mange, d’après les frères Grimm

Critiques / Jeune Public / Théâtre

Sinon je te mange, d’après les frères Grimm

par Corinne Denailles

Loup y es-tu ?

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Danseuse, comédienne et marionnettiste, l’artiste allemande Ilka Schönbein déploie un univers personnel puissant et singulier. Depuis son expérience initiale de théâtre de rue dans les années 1990, elle mène une vie de nomade dans son camion-roulotte, lieu de vie et de création. Elle explore des thématiques universelles, symboliques, qui ont toutes une dimension mythique dans une esthétique crue, taillée au couteau, qui n’est pas sans évoquer le Polonais Tadeusz Kantor. Sur le mode du conte, ici il s’agit du Loup et des sept chevreaux d’après les frères Grimm, elle souffle le chaud et le froid du rire et de l’effroi, libérant par le rire les tensions engendrées par la peur. Loin d’être seulement la manipulatrice de ses créatures, elle joue la comédie dans un corps à corps expressionniste qui s’apparente lointainement à la transe, à la possession et qui jette le trouble tant elle réussit à abolir la frontière entre corps vivant et corps d’argile, de laine ou de papier, toujours objets poétiques. Qui insuffle la vie à qui ? Le loup et la chèvre semblent le prolongement de son propre corps qui en épouse les attitudes et les mimiques. Elle joue constamment à démystifier l’illusion créée. A partir de l’histoire de cette bergère, vêtue de guenilles et dentelles noires et d’un chapeau à voilette, qui ne sut pas sauver ses chèvres des crocs du loup, excepté le chevreau qui se cacha dans la pendule, elle décline les multiples acceptions du mythe jusqu’à la mise en garde contre le loup qui dort en chacun de nous, exprimant ainsi les pulsions qui nous habitent.

Sa formidable complice, Alexandra Lupidi, chanteuse et musicienne, endosse le rôle de l’épicier "petit loup" (serait-ce héréditaire ?) et surtout contribue largement à la dimension comique du spectacle qu’elle enchante de mélodies italiennes folkloriques, voire politiques (Bella Ciao) de cette voix typique, nasillarde et colorée du Sud. Un chant yiddish laisse planer une figure bien réelle du loup sans autre référence concrète.
Au-delà des thématiques abordées, Sinon je te mange est exemplaire de l’univers de l’artiste et de son travail exceptionnel. Rappelons une fois de plus que la marionnette est un vecteur de tradition ancestral (initialement le masque est mortuaire et a pour fonction d’évoquer le défunt de son vivant) qui offre une large palette d’explorations artistiques. Le spectacle n’est donc pas destiné qu’aux enfants. A partir de 8 ans.

Sinon je te mange, d’après Le loup et les sept chevreaux des frères Grimm. Un spectacle de et avec Ilka Schönbein, accompagnée par la chanteuse et musicienne Alexandra Lupidi. Au théâtre Le Mouffetard- Théâtre des arts de la marionnette jusqu’au 26 octobre 2014, mercredi, vendredi et samedi à 20h ; dimanche à 17h.
Rés. 01 84 79 44 44.
www.theatredelamarionnette.com

© Marinette Delanné

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.