Accueil > Paris Quartier d’été du 14 juillet au 15 août

Actualités / Danse / Festival / Théâtre

Paris Quartier d’été du 14 juillet au 15 août

par Jean Chollet

Rendez-vous internationaux éclectiques

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Créé en 1990, à la demande de Jack Lang, ministre de la Culture, et confié à Patrice Martinet, ce festival international pluridisciplinaire, répondait en premier lieu au besoin de combler le vide laissé par la désertification, à l’époque, de manifestations artistiques et culturelles dans la capitale durant la période estivale. Tout autant en direction des parisiens en rupture de vacances que des touristes de passage, avec une programmation de qualité où les valeurs consacrées croisaient les découvertes, dans des lieux différents, le plus souvent inusités pour la représentation, en permettant de découvrir des espaces urbains parfois peu fréquentés. Durant 27 années ces lignes directrices ont été respectées en tenant compte des évolutions adaptées aux nécessités du temps.
Cette nouvelle édition propose une programmation éclectique dans une trentaine d’espaces de la capitale et de ses départements limitrophes, accessibles par les transports en commun ou même en vélo, pour accueillir les représentations dans les différentes disciplines, pour la majorité en résonances avec la société contemporaine. Après un concert inaugural gratuit le 14 juillet au Parc de la butte du Chapeau – Rouge (XIXème arrondissement), composé d’une libre adaptation de la Symphonie Fantastique de Berlioz par Arthur Lavandier, avec les musiciens du Balcon, l’artiste italienne Anna Rispoli, présente une performance, sous le titre Vorrei tanto torrnare a casa sous forme d’une rencontre partagée avec les habitants d’un immeuble parisien à partir d’une injonction en morse, Je voudrais renter à la maison Suivront pour la danse, les Ballets confidentiels une chorégraphie en forme d’impromptus, initiée par Johanne Saunier, de la compagnie d’Anne Teresa de Keersmaeker , et Ine Claes, Petit psaume du matin de Joseph Nadj, sur des musiques traditionnelles internationales, accompagné du danseur Dominique Mercey figure emblématique de la compagnie Pina Bausch, à laquelle un autre hommage est rendu par le Britannique Gandini Juggling, avec ses jongleurs virtuoses qui proposent des rebondissements aériens avec Smashed . Pour le théâtre, Jacques Vincey présente une version rafraichissante de La Dispute de Marivaux réalisée en début d’année au CDR de Tours, avec de jeunes comédiens de la Région Centre. Par ailleurs, deux spectacles atypiques sont proposés avec Bataille conçu par l’ancien athlète devenu chorégraphe Pierre Rigal, et Bagarre par le jeune groupe musical du même nom. Puis, la musicienne et flûtiste d’origine syrienne Naïssam Jalal et son quintet, croise ses racines avec la musique classique, le jazz et le rap, sous le titre évocateur Rythms of Resistance , les acrobates Alexandre Frey et Frédéric Arsenault et leur quatuor évoquent la problématique de devenir "Un loup pour l’homme" à travers Face Nord . La migration est évoquée à travers la création circassienne de Marion Even et Quentin Claude, Landscapes , les catalans de la Compagnie Mal Pelo tentent de reconquérir le flamenco avec 7 Lunas et une courte pièce du grand chorégraphe William Forsythe Duo 2015 interprétée par Brigel Gjoka et Riley Watts, clôture le programme de danse. Mais un large volet est surtout consacré durant une semaine à la République de Corée, autour de deux spectacles, 159 Project et Let me change your name réalisés par la chorégraphe inventive coréenne Eun- Me Ahn, découverte en France dans ce festival en 2013, qui évoquent sous différentes formes d’expressions la vie et la culture locales, complétées par des musiques traditionnelles ou contemporaines du pays, avec notamment un récital consacré à l’opéra épique et populaire Pansori. Comme il est de tradition, Paris Quartier d’été propose également des ateliers des rencontres, des invitations à danser, du cinéma et une exposition consacrée à Josef Nadj.

A l’occasion de cette 27 ème édition, Patrice Martinet quitte, avec le sentiment du devoir accompli et quelques regrets, la direction de ce festival parisien, qui sera confié en 2017 aux directeurs du Théâtre Le Monfort, Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel, dont les objectifs de découverte de nouveaux talents devraient trouver dans ce cadre, inscrit dans le projet du “ Grand Paris ”, de nouvelles ouvertures artistiques et de nouveaux publics.

Renseignements : paris quartierdete.com ou par téléphone 01 44 94 88 02

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.