Accueil > Maxi monster music show

Critiques /

Maxi monster music show

par Corinne Denailles

cabaret forain

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Benoît Lavigne, le nouveau directeur artistique du théâtre du Lucernaire, met en scène le spectacle de la compagnie Maxi monster music show, cabaret forain peuplé de personnages hors normes qui évoquent les freaks du film de Tod Browning tourné en 1932 à l’époque où existaient encore « les zoos humains » qui furent interdits à peu près dans ces années. Ces cirques ambulants qui parcouraient les Etats-Unis et l’Europe, exhibaient des êtres difformes, handicapés, comme des monstres (freaks) ; l’exhibition était monnaie courante, une récente exposition appelée justement Exhibition B, a dénoncé la réification des êtres humains et l’esclavagisme sous-jacent qui présidait en toute bonne conscience aux expositions universelles où l’on voyait des reconstitutions de villages indiens ou africains (on se souvient de l’histoire de la Vénus noire dont Abdellatif Kechiche a fait un film en 2010).

C’est sur cet arrière-plan que Benoît Lavigne a mis en scène un spectacle drôle et follement rock, avec la formidable poupée barbue, négatif de la poupée Barbie, interprétée avec un fol abattage par Solange de Dianous ; pivot du spectacle, elle interprète avec talent des chansons réalistes qui content les histoires plus ou moins dramatiques de ses compagnons : la femme tronc (Geneviève Thomas), le pianiste homme-femme (Antoine Tiburce), le batteur haltérophile et tendre (David Ménard), le guitariste, fakir assomniaque, maharadja et cow boy (Benoît Delacoudre), la danseuse mécanique, étoile filée du Bolchoï et contrebassiste (Moïra Montier Dauriac). Ce spectacle avant tout musical, burlesque et étrange, fortement expressionniste, et en même temps fellinien, offre un épatant moment de détente à toute la famille assorti d’un message de tolérance explicite. Contrairement à ce que pensent certains, les bons sentiments ne sont pas des gros mots.

Maxi monster music show ; mise en scène Benoît Lavigne ; paroles et musiques, le Maxi monster music show ; lumières, Sébastien Vergnaud ; son, Olivier Hoste ; décor, Alain Juteau ; costumes, Geneviève Thomas. Au Lucernaire, du mardi au samedi à 21h30, dimanche à 19h jusqu’au3 janvier 2016. Durée : 1h. Tel : 01 45 44 57 34.
www.lucernaire.fr

Photo : Hervé Photograff

Au Lucernaire, en marge du spectacle, un marché de Noël burlesque, un bal costumé, une exposition et des interventions de musiciens comédiens.

29 et 30 avril 2016 au Chêne noir à Avignon
www.maxi-monster.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.